Abderraouf Ben Mansour (Directeur des études et de la planification à la STEG) : 60% des coûts de l’électricité sont dûs aux combustibles





Le directeur des études et de la planification à la STEG explique au cours de l’entretien accordé à notre journal l’enjeu de la maîtrise de l’énergie et les moyens les plus appropriés pour atteindre les buts escomptés. * Le Quotidien : Que fait la STEG, en tant que premier fournisseur d’énergie en Tunisie pour rationaliser la consommation ? - M. Abderraouf Ben Mansour : Le secteur de l’électricité est considéré comme l’un des plus importants consommateurs des produits pétroliers. La production industrielle de l’électricité est basée en Tunisie à 98% sur le gaz naturel dont les prix sont étroitement liés à ceux du pétrole sur les marchés internationaux. Avec les évolutions continues de ces prix, la Steg en tant que producteur et ses clients, en tant que consommateurs d’électricité sont appelés à maîtriser la consommation finale. Au niveau de la production de l’électricité, la Steg continue de développer les outils de gestion du système électrique pour minimiser la consommation spécifique en combustible du parc de production. Les résultats enregistrés entre 2003 et 2004 sont très encourageants : l’amélioration a engendré plus de 80000 tonnes équivalents pétrole (TEP) d’économies pour la collectivité. Les efforts se poursuivent pour obtenir des résultats favorables en 2005. * Concrètement, quelles sont les pistes les plus prometteuses? - Nous n’avons négligé aucune piste. Nous avons travaillé sur la gestion optimisée du système électrique pour la production, le transport et la distribution. Nous avons également introduit des équipements moins énergitivores. Sur un autre plan, nous avons élaboré des études approfondies pour déplacer la consommation de la clientèle en dehors des périodes de pointe de la demande .S’y ajoutent l’exploitation rigoureuse des centrales éoliennes (Sidi Daoud) et hydrauliques (Nord du pays), et le développement de nouvelles centrales à énergie “verte” tolérées par le système électrique. Cependant il faut noter que 60% des coûts de la production de l’électricité sont dûs au combustible. C’est la raison pour laquelle la STEG ne cesse de participer aux campagnes de sensibilisation au profit de ses clients pour une meilleure utilisation de l’électricité. * L’utilisation du gaz, moins coûteux que le pétrole peut-elle contribuer à la baisse de la facture énergétique? - L’utilisation du gaz, dans certains secteurs, peut contribuer efficacement à la baisse de la consommation de l’énergie. Les hôtels, les hôpitaux les établissements scolaires et universitaires sont de grands consommateurs d’énergie. Les études élaborées par la Steg vont dans cette option. Cette solution qui existe actuellement dans certains pays peut être appliquée en Tunisie. Il faut que les hôteliers entre autres prennent la décision pour cette conversion. Il est vrai que ce choix engendre des dépenses immédiates mais le gain se fera à moyen terme. Je pense toutefois que l’effort est collectif. Tous les consommateurs peuvent participer à l’effort national pour la maîtrise et l’économie de l’énergie. En évitant le gaspillage de l’électricité domestique un abonné peut diminuer la facture d’au moins 10%. Il s’agit là d’une nécessité de changement dans les habitudes notamment par l’acquisition de réflexes dont l’effet ne peut être que bénéfique pour toute la collectivité. Entretien réalisé par Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com