TPI : Un ultra-nationaliste à la rescousse de Milosevic





Le Quotidien-Agences L’ancien président yougoslave Slobodan Milosevic a été soutenu hier par un de ses bouillants codétenus, le leader ultra-nationaliste serbe Vojislav Seselj, appelé comme témoin de la défense dans son procès pour crimes de guerre. Tour à tour alliés et ennemis dans les années 1990 en Serbie, Vajislav Seselj, connu pour ses déclarations politiques violentes, et Slobodan Milosevic se sont retrouvés à La Haye devant les juges du Tribunal pénal international (TPI) pour l’ex-Yougoslavie. Tous deux inculpés de crimes contre l’humanité et crimes de guerre pour les conflits qui déchirèrent l’ex-Yougoslavie dans les années 1990, ils sont détenus dans la même prison, en banlieue de La Haye. L’ancien président y fêtera aujourd’hui son 64ème anniversaire avec sa belle fille et son petit fils, mais sans sa femme Mira Markovic, a-t-on appris auprès de sources proches de la défense. Seselj, qui est toujours le président du Parti radical serbe (SRS), première formation politique de Serbie, a apporté un soutien clair à Milosevic. Très vite, il nie que ce dernier ait fait partie d’une quelconque entreprise criminelle contre les Albanais du Kosovo en 1998 et 1999 comme il en est accusé. Pour Seselj, ce sont «les Occidentaux» qui ont «imposé la guerre pour servir de prétexte afin de stationner des troupes américaines» sur le territoire yougoslave. Il rejoint ainsi la ligne de défense de l’ancien président. Fidèle à sa réputation, il s’adresse aux juges comme à des spectateurs d’un de ses meetings politiques, ponctue ses longues tirades de gestes de la main et parfois d’un index accusateur.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com