Vient de Paraître/ «Le Poète Palestinien Mahmoud Dérouiche en Tunisie»





La Palestine toujours au cœur Les visites du grand poète palestinien Mahmoud Dérouiche en Tunisie constituent toujours un événement. Pour la dernière en date, le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine a choisi d’ouvrir le carnet de souvenirs de quelques intellectuels tunisiens. Le fruit: un livre intitulé “Mahmoud Dérouiche en Tunisie”. Le directeur de la 4ème édition du Festival international de Carthage, l’artiste Raouf Ben Amor soutenu par le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, a eu l’idée intelligente de publier un livre qui met noir sur blanc quelques souvenirs des précédentes visites de cette voix palestinienne en Tunisie. Avant son récital poétique, lors du Festival international de Carthage 2005, le livre a été présenté aussi bien pour le public des journalistes que pour le premier poète de la Palestine. Travaillé soigneusement et secrètement, le livre a comporté les témoignages d’une brochette de nos universitaires et poètes qui ont connu de près Dérouiche, le Palestinien. Composé de 338 pages, le livre a été préparé par l’universitaire Abderraouf Khenissi qui a invité quelques figures marquantes de la scène littéraire tunisienne à prendre part à cet ouvrage qui retrace les liens particuliers qui unissent Mahmoud Dérouiche à la Tunisie. La première visite de Dérouiche remonte à 1973; une visite qui a marqué le parcours de certains de ses contemporains tunisiens. Le grand peintre de la Tunisie; Hédi Turki ou “Am” Hédi, comme l’appellent tous les artistes, n’a pas été indifférent. Avec son pinceau, il a peint un portrait de Mahmoud Dérouiche. Le portrait très sincère et fidèle au personnage de ce poète met en exergue un regard triste de ce Palestinien qui a perdu la terre et la mère et même le pouvoir de rêver. Il avoue cette réalité: “Quand nous avons quitté la Tunisie, j’ai pleuré sur la scène du Théâtre Municipal en récitant le poème “Merci à la Tunisie” parce que j’ai senti que je rentrais en Palestine sans aucun rêve. Peut-être aussi parce que je savais que nous irons vers une chimère, à une partie de la patrie…”, explique-t-il lors de la conférence donnée avant son récital sur la terre de Carthage. Pour ce livre, qui constitue un document important pour tous ceux qui s’intéressent à la poésie de Mahmoud Dérouiche, le contenu est très consistant du point de vue documentaire et analytique. Les témoignages portent la signature de grosses pointures de la vie culturelle tunisienne: le dr. Mohamed Aziz Ben Achour, le ministre de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, Raouf Ben Amor, directeur de la 41ème édition du festival international de Carthage… D’autres figures de proue ont signé des témoignages d’amour et de reconnaissance à cette voix palestinienne: Chédli Klibi, Mabrouk Mannaî, Hamadi Sammoud, Houcine Ouri, Moncef Mezghenni, Jamila Mejri, Moncef Wehaïbi, Chemseddine Al Ouni, Aouled Ahmed, Amel Moussa, Chokri Mabkhout, Slaheddine Ben H’mida… “Le poète palestinien Mahmoud Dérouiche en Tunisie” comporte aussi onze poèmes tirés de différents recueils de ce poète et de quatre textes qui sont une réflexion sur plusieurs thèmes et une analyse de certains faits et émotions. Côté études, ce livre nous offre l’occasion de découvrir quatre études sur la poésie de Dérouiche: “Mahmoud Dérouiche, le fou de la Palestine”, “D’après un poème de Mahmoud Dérouiche ou entre le malheur et le rythme” signé par Taoufik Baccar, “Sur la poésie et la ruse d’enfant” de Mohamed Lotfi Youssef et “Ce sont les poèmes de la passion et de la nostalgie” signé par Mohamed Ghozzi. La poétesse Jamila Mejri nous porte un témoignage d’une époque très délicate dans l’histoire du Monde Arabe “Les poèmes de Mahmoud Dérouiche sont arrivés en Tunisie avant qu’il n’effectue sa première visite dans notre pays. Les étudiants apprenaient par cœur les poèmes de Dérouiche et les récitaient à haute voix exprimant leur refus du quotidien et leur révolution”. Un album de photos illustre quelques souvenirs de la rencontre entre la Palestine et la Tunisie via les voix des intellectuels et des poètes. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com