Jeunes et célibat prolongé : Les uns flegmatiques, les autres paniquent





Autrefois, toutes celles qui dépassaient l’âge de 20 ans sans se marier éprouvaient une certaine angoisse à l’idée de devenir vieille fille. Les choses ont changé à présent. Il n’y a quasiment plus de jeunes filles qui se marient avant d’atteindre la vingtaine. Les époux, ont de nos jours, un âge plus proche de la trentaine. Tunis - Le Quotidien Selon une étude récente, la majorité des hommes se marient à l’âge de 33 ans et les filles à 28 ans. Comparativement aux épousailles d’antan, le mariage semble aujourd’hui ne plus représenter un souci majeur pour les jeunes. Ce constat est-il vrai? Ce n’est pas ce que pense en tout cas Rochdi, 23 ans. Le jeune homme aimerait tant pouvoir se marier, mais ce sont les circonstances qui le poussent à décaler l’union. «Je pense que le mariage fait partie des projets de tous les jeunes, surtout ceux qui ont déjà trouvé… «chaussure à leurs pieds»… Moi, j’ai réussi à trouver la fille qui me convient et si je me marie pas encore, c’est seulement une question de moyens. Les frais du mariage sont énormes pour un jeune qui n’a pas de biens. D’ailleurs, je me demande bien si je pourrai un jour avoir les moyens de me marier», dit-il. Akram, 24 ans, pense qu’il ne se mariera pas. L’union sacrée ne fait pas partie de ses projets, du moins pour le moment. «D’abord ce n’est pas le mariage en tant que tel qui m’effraie, mais j’ai peur de la responsabilité. Ceux qui se sont mariés sans en avoir les moyens, dans mon entourage, ont eu beaucoup de problèmes. Les femmes sont devenues exigeantes et je ne peux pas risquer de vivre une vie bourrée de soucis et d’endettement. Cela mènera au divorce, alors à quoi bon se marier? ! A présent, j’arrive à gérer mon célibat. Certes, l’envie de fonder une famille me tente de temps à autre, mais je préfère m’abstenir tant que je n’en ai pas les moyens», dit-il. Myriam 17 ans, ne pense pas qu’elle va se marier avant d’atteindre l’âge de 25 ans. «J’ai toujours cru que c’est l’âge idéal pour se marier. D’abord, j’aurais terminé mes études et j’aurais probablement décroché un emploi. Il est tout à fait normal que je pense au mariage une fois les études achevées, il faut que mon mari soit d’un niveau proche du mien, qu’il soit issu d’une bonne famille et qu'il ait les moyens qu’il faut pour une vie commune. Si je ne trouve pas le profil voulu, je me contenterai de rester célibataire», dit-elle. Wiem, 25 ans, étudiante, préfère rester plutôt célibataire que d’épouser quelqu’un qui ne répond pas à ses aspirations. «Mon âge est idéal pour que je me marie. Et il est tout à fait normal que je rêve déjà de porter la robe blanche, mais je ne me jetterai pas dans la gueule du loup. Si le futur élu ne saura pas être un bon mari, je préfère rester célibataire. Je travaillerai, je serai autonome et j’attendrai patiemment un homme qui pourra être un époux à part entière et je pense que je ne m’affolerai pas. J’ai vu beaucoup de couples qui souffrent et des femmes malheureuses et malmenées, en plus des taux du divorce qui montent en flèche… Non merci, je préfère vivre célibataire à jamais que de vivre ce genre de drames», dit-elle. Jihène, 19 ans, pense qu’elle ne tiendra pas plus de dix ans. «A mon sens, l’âge propice au mariage est entre 25 et 29 ans. Au-delà de 29 ans, les chances s’amoindrissent. Et franchement, l’idée de rester célibataire m’affole. Je serai occupée par mes études par moments, mais il suffit que j’obtienne ma maîtrise pour que je n’aie plus aucun but à part celui de me marier. J’espère ne pas avoir à attende trop longtemps, sinon je serais «obligée» d’accepter le premier venu!», dit-elle. A.C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com