Augmentation du salaire minimum garanti : Un souci présidentiel constant de protéger le pouvoir d’achat du citoyen





En concrétisation du souci constant du Président Zine El Abidine Ben Ali de protéger le pouvoir d’achat du citoyen et d’améliorer la qualité de vie des salariés, et conformément aux instructions du Chef de l’Etat, après concertation avec les organisations professionnelles concernées, une augmentation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) a été décidée. Tunis-TAP Cette majoration, qui prendra à partir du 1er septembre 2005, revêt une importance particulière, compte tenu du grand nombre de salariés qui devraient en bénéficier, et qui est estimé à 280 mille salariés en activité. 290 mille retraités bénéficieront également de cette majoration. Leurs pensions de retraite seront, en effet, augmentés au même taux, conformément à la réforme du régime de retraite de l’année 2001. Cette nouvelle augmentation intervient après que l’année 2004 eût été marquée par le versement de la troisième tranche du programme triennal des majorations salariales, adopté au terme du 5ème cycle des négociations sociales, dans les secteurs public et privé, ce qui a contribué à préserver le pouvoir d’achat du citoyen et à assurer aux salariés des majorations ininterrompues depuis le Changement. Cette évolution des salaires a été également consolidée par les augmentations des salaires minima (SMIG et SMAG) décidées en 2004, ce qui a permis un accroissement de près de 108% du SMIG et de 120% du SMAG depuis le Changement. Il convient aussi de rappeler l’augmentation, à partir de juillet 2004, des primes octroyées aux travailleurs des chantiers exerçant de façon permanente dans les services administratifs publics, conformément au programme décidé par le Chef de l’Etat en faveur de cette catégorie de travailleurs, ainsi que l’augmentation, de 1500 dinars à 2000 dinars, du plafond déductible de l’assiette de l’impôt sur le revenu pour les Smigards, une mesure qui est entrée en vigueur début 2005, dans le cadre de la mise en œuvre du programme présidentiel «Pour la Tunisie de demain», ce qui a entraîné une amélioration des salaires de cette catégorie. Le Président Zine El Abidine Ben Ali a accordé à la protection du pouvoir d’achat des salariés ayant des revenus modestes une priorité absolue dans le cadre des programmes du gouvernement. Il a fait des majorations salariales successives décidées depuis le Changement un vecteur de développement des aptitudes des travailleurs en vue de conforter leur contribution à la réalisation des objectifs nationaux. Ces nouvelles majorations, décidées dans une conjoncture mondiale difficile, s’inscrivent dans le droit fil de l’approche de développement engagée par le Président Zine El Abidine Ben Ali, approche fondée sur la corrélation et la complémentarité entre l’essor économique et le progrès social. Des efforts considérables sont, en effet, déployés afin d’aider l’entreprise à faire face aux défis que pose l’environnement économique mondial, à garantir son développement et sa prospérité et à préserver, dans le même temps, les acquis des salariés et améliorer leur situation. Ces augmentations revêtent aussi une dimension hautement significative et viennent s’ajouter aux multiples réalisations accomplies en Tunisie par les différents programmes d’emploi, particulièrement ceux du Fonds national de l’emploi 21/21 dont les interventions se distinguent par leur diversité et qui ciblent principalement les diplômés de l’enseignement supérieur dans le but de consolider leurs chances d’insertion dans le circuit de la production. Ces interventions viennent conforter les autres acquis sociaux accomplis au niveau de l’augmentation du taux de couverture effective des affiliés aux régimes de sécurité sociale estimé, taux qui a atteint 87 % en 2004, contre 54% en 1987. Ces augmentations constitueront, assurément, le meilleur stimulant à redoubler d’effort et d’abnégation pour améliorer la productivité et pour approfondir la conscience des enjeux qui se posent aux entreprises économiques aux travailleurs au cours de l’étape actuelle, sur la voie de l’enracinement des attributs de la société de la concorde et de la solidarité et de la consolidation de l’invulnérabilité et de la prospérité de la Tunisie et de son peuple. ___________________________________ Les majorations en détail Tunis - TAP Le premier ministère annonce dans un communiqué rendu public hier qu’en concrétisation des directives du Président Zine El Abidine Ben Ali concernant l’augmentation du salaire minimum garanti, et après concertation avec les organisations professionnelles concernées, les majorations suivantes ont été décidées: 1/ Majoration du salaire minimum interprofessionnel garanti, régime 48 heures, de 6 dinars 32 millimes, qui passe de 218 dinars 192 millimes à 224 dinars 224 millimes. 2/ Majoration du salaire minimum interprofessionnel garanti, régime 40 heures, de 5 dinars 27 millimes, qui progresse de 189 dinars 800 millimes à 194 dinars 827 millimes. 3/ Majoration du salaire minimum agricole garanti (SMAG) de 200 millimes par jour, qui augmente de 6 dinars 709 millimes à 6 dinars 909 millimes. 4/ Majoration du salaire minimum agricole garanti des ouvriers spécialisés, de 225 millimes par jour, qui évolue de 7 dinars 109 millimes à 7 dinars 334 millimes. 5/ Majoration du salaire minimum agricole des ouvriers qualifiés de 250 millimes par jour, qui s’accroît de 7 dinars 464 millimes à 7 dinars 714 millimes. Ces majorations, dont bénéficieront 280 mille travailleurs, prendront effet à compter du 1er septembre 2005. Par ailleurs et conformément à la réforme du régime de retraite décidée en 2001, l’augmentation des pensions de retraite dans le système général de la Caisse nationale de sécurité sociale sera d’un taux équivalent à celui de l’évolution du salaire minimum. Cette mesure concernera environ 290 mille retraités à partir du 1er septembre 2005. Sur un autre plan, et en concrétisation du programme décidé par le Président Zine El Abidine Ben Ali au profit des travailleurs des chantiers exerçant de façon permanente dans les services administratifs publics, il a été procédé, à partir du 1er juillet 2004 à une majoration variant entre 7 dinars 500 millimes et 20 dinars, de la prime octroyée à ces travailleurs. Dans le même contexte, et en concrétisation du programme électoral présidentiel, il a été procédé à partir du début de l’année en cours, à l’augmentation du plafond déductible de l’assiette de l’impôt sur le revenu de 1500 dinars à 2000 dinars, et ce, pour les salariés percevant le salaire minimum. Cette décision a permis d’améliorer les salaires de cette catégorie de travailleurs de 6,250 dinars par mois à partir de janvier 2005.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com