L’évacuation des colonies se poursuit : La mascarade





Les forces israéliennes ont investi simultanément hier matin les colonies de Sanour et de Homesh, dans le nord de la Cisjordanie, pour évacuer leurs habitants et les militants venus les soutenir, au lendemain de la fin de la colonisation de la Bande de Gaza. Le Quotidien-Agences Des centaines de policiers et gardes-frontières ont pénétré à Sanour en suivant un bulldozer qui a défoncé le portail de l'entrée principale de la colonie. "Si des extrémistes ouvrent le feu contre nos forces, nous riposterons pour les neutraliser", a averti le commandant des forces de police en Cisjordanie, Israël Yitzhak. Ses hommes ont été accueillis à Sanour par des jets d'oeufs, de légumes et de sauce tomate, tandis que des pneus étaient incendiés. Un soldat a été blessé à l'oeil par un jet de pierre, selon une source militaire. "Nous ne lancerons rien sur les soldats", avait pourtant promis le porte-parole des colons de Sanour, Yossi Dagan. Selon un autre responsable de la police, Amos Yaakov, 5.000 soldats et policiers ont participé à l'évacuation de Sanour. Celle-ci a commencé par l'évacuation d'un institut d'études talmudique où s'étaient embusqués une vingtaine de militants anti-retrait. Elle s'est poursuivie par celle de la synagogue, où les policiers ont extirpé un à un, en les portant à bras le corps, des dizaines de militants qui n'ont pas opposé de résistance. Des juifs religieux ont emporté avec eux des rouleaux de la Torah (les cinq Livres de Moïse) après les avoir sortis de l'Arche sainte de la synagogue. Appuyés par un canon à eau, casqués et portant des gilets pare-balles, les policiers et gardes frontières ont ensuite forcé l'entrée d'un ancien commissariat de la police mandataire britannique, pour déloger des dizaines de militants qui s'y étaient retranchés. Ces derniers ont sonné du shoffar, l'antique corne de bélier de la tradition juive qui est utilisé lors des dates importantes du calendrier religieux. D'autres militants ont pris position sur le toit du bâtiment où une banderole déployée tout au long de la façade portait ce slogan: "Maudit soit celui qui chasse ses frères de leurs foyers". "Nous sommes plusieurs dizaines sur le toit, mais nous n'avons aucune arme", a déclaré Pinhas Wallerstein, l'un des dirigeants des colons se trouvant sur le bâtiment en compagnie du député d'extrême-droite Arié Eldad qui a, pour sa part, lancé aux militaires un appel à la désobéissance. Dans le même temps, des centaines d'autres gardes frontières et policiers appuyés par un bulldozer et des unités de la police montée sont entrés à Homesh, à peine ralentis par l'huile que les militants juifs avaient versée sur la route menant à la colonie. Deux soldats du contingent qui ont déserté avec leurs armes se trouveraient hier parmi les quelque 1.200 militants juifs opposés au plan de retrait retranchés à Homesh, selon la radio de l'armée israélienne. "Nous allons lutter bec et ongle, sur les toits, dans les bâtiments. Il n'y a pas d'armes ici, mais on ne peut pas exclure des cas isolés incontrôlés", a averti Benny Katsover, un responsable local des colons. Peu après 06H00 mardi matin (03H00 GMT), les jeunes avaient enflammé des pneus, alors qu'un long convoi d'autobus s'approchait de la colonie. Les habitants de deux autres colonies promises à l'évacuation dans le nord de la Cisjordanie, Ganim et Kadim, avaient déjà quitté de leur plein gré leurs logements. Israël a mis fin lundi à la colonisation de la Bande de Gaza en évacuant Netzarim, la dernière des 21 implantations juives de ce territoire palestinien occupé depuis 38 ans. Pas moins de 17 localités du Néguev et de Galilée sont prêtes à accueillir les quelque 8.500 colons évacués de la Bande de Gaza et de quatre colonies du nord de la Cisjordanie, selon un plan mis au point par le numéro deux du cabinet israélien, Shimon Peres. Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a téléphoné lundi soir au Premier ministre israélien Ariel Sharon pour le féliciter du retrait de la Bande de Gaza qu'il a qualifié de "décision courageuse et historique". Tous deux sont par ailleurs convenus de se rencontrer "bientôt". _________________________ Abbas félicite Katsav Al-Qods occupée-Agences Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé hier le président israélien Moshe Katsav et a salué la manière dont se déroulent pour l'instant les évacuations des 21 colonies juives de la Bande de Gaza et des quatre colonies isolées du nord de la Cisjordanie, ont déclaré des responsables palestiniens. Selon le principal négociateur palestinien Saeb Erekat, les deux hommes sont prêts à se rencontrer. La radio de l'armée israélienne cite ainsi Erekat selon qui, ce retrait représente une chance historique de paix entre Israël et les Palestiniens. Katsav a demandé à Abbas de remplir les obligations faites aux Palestiniens de désarmer les groupes activistes, a dit Erekat.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com