Entraîneur-manager : El Gaouafel montre la voie





Le président d’El Gaouafel de Gafsa ne croyait peut-être pas si bien dire en comparant le rôle de son entraîneur Férid Ben Belgacem à celui d’Arsène Wenger ou Alex Fergusson. Il l’a dit et c’était clair et net: “Ben Belgacem ne s’occupe pas uniquement des entraînements et des matches. Il a carte blanche pour tracer le programme des Seniors, les objectifs et les recrutements. C’est lui qui détermine les besoins du club et le budget qu’il fait pour réussir les recrutements ciblés. Il est l’entraîneur et le manager et la réussite de l’équipe au cours de la saison dépend en grande partie de ses propres choix”. Voilà quelque chose de nouveau qu’on découvre pour la première fois dans notre championnat. Et c’est un club moyen, qui en est à sa seconde saison parmi l’élite qui montre la voie. Il est vrai que les liens qui unissent les deux hommes sont plus forts que ceux habituels d’un employeur et de son employé, mais ce qui importe le plus, c’est d’avoir eu le courage de le faire et surtout de s’en convaincre dans un milieu où l’entraîneur est souvent contraint à ne réaliser que des miracles pour échapper au sort de bouc émissaire. A notre connaissance, aucun club n’y a pensé même si quelques entraîneurs, dans de petits clubs des divisions inférieures, jouissent d’une telle liberté d’action sans disposer pour autant de moyens financiers pour aller au bout de leurs intentions. L’initiative du président gafsien ira-t-elle jusqu’au bout? Et surtout, fera-t-elle des émules dans un paysage qui doit coûte que coûte évoluer? Ceci dépendra en premier lieu des mentalités, et à ce niveau, beaucoup reste à faire dans un championnat appelé à être réellement professionnel. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com