Bazsket – C.A.N. 2005 E.N. : piteuse 8ème place !





Après avoir titillé le carré d’as, le cinq national a fait une véritable culbute, terminant à la dernière place, la huitième, du groupe ayant accédé au deuxième tour. En attendant, le basket tunisien continue de patauger. Et le plus inquiétant est l’état d’esprit qui a prévalu tout au long du tournoi. Hormis la deuxième mi-temps face au Sénégal lors des quarts de finale, qui a donné à voir un ensemble conquérant, pour le reste, l’apathie et la mollesse étaient au rendez-vous. Après avoir raté le coche face au Sénégal, n’ayant pas cru en leurs chances (la vérité d’un jour car les Sénégalais ont prouvé en demi-finale surtout et en finale qu’ils nous étaient largement supérieurs), les Tunisiens se sont totalement démobilisés. C’est ainsi que, pour le compte des matches de classement, ils ont fait de la simple figuration perdant d’abord face au Maroc (72-83) et contre le Mali (89-100) qu’ils ont balayé lors du premier tour (80-61). Cela dénote, comme souligné plus haut, un état d’esprit chancelant et digne d’amateurs de seconde zone. Car l’histoire, la petite cela s’entend, le basket dans nos murs ne s’étant pas encore paré de l’aura de ses pendants des sports collectifs, retient toujours le classement final. Et entre la cinquième et la huitième place, il y a tout un monde. * Le flou Et surtout, qu’on ne nous invoque pas ces sempiternels faux-fuyants ! C’était déjà dans l’air avant le départ de la délégation tunisienne. «Préparation défectueuse, «défaut de matches amicaux», «joueurs blessés laissés à la maison»... n’a-t-on pas cessé de rabâcher et de ressasser. Qu’on nous épargne ces geignements qui cachent les vrais maux de la discipline. Au fait, que veut-on ? Si nous avions ambitionné les résultats, il aurait été plus opportun de prendre part aux récents J.M. et au Championnat arabe des nations, deux compétitions qui se sont déroulées au cours des mois de juin et juillet et qui auraient constitué une excellente préparation à ce Championnat d’Afrique des nations. Au lieu de cela, un forfait délibéré a été décrété pour la première et une participation, à titre de suppléance, avec l’équipe espoirs pour le compte de la seconde. Au cas où le critère de pure participation aurait été privilégié, pourquoi n’a-t-on pas convoqué certains jeunes qui promettent ? Sur un autre plan, et d’après certaines indiscrétions, on croit savoir que parmi les joueurs restés à Tunis, certains auraient refusé de répondre à l’appel du devoir, national et patriotique. Auquel cas, une enquête devrait être ouverte et les responsabilités tangiblement délimitées. Pour récapituler, rappelons que le bilan de la participation tunisienne à ce Championnat d’Afrique est de 6 défaites contre 2 victoires. Piteux et miséreux et qui contraindrait les décideurs à plus de rigueur et les joueurs à davantage de souffrance au lieu de cette propension à de vaines doléances. Wahid SMAOUI ___________________________ Un éclair dans la grisaille Slimène Radhouène a obtenu le trophée du meilleur marqueur du Championnat d’Afrique des Nations remporté par l’Angola devant le Sénégal (70-61). Le Sénégalais Boniface Ndong a été sacré meilleur joueur alors que le trophée de l’équipe la plus fair-play a été décerné au Mozambique. La troisième place est revenue au Nigéria vainqueur de l’Algérie (88-66) tandis que la Sélection nationale a terminé à la 8e place après sa défaite devant le Mali (89-100).


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com