Le Gouverneur de la BCT : “La maîtrise de l’énergie est une nécessité impérieuse”





Dans son adresse au Chef de l’Etat à l’occasion de la parution du 46ème rapport annuel de la Banque Centrale, M. Taoufik Baccar, son gouverneur, place au premier rang des défis auxquels la Tunisie doit faire face, l’envolée des prix des hydrocarbures qui lui semble s’inscrire dans la durée. Tunis-Le Quotidien Exercice de style d’une grande sobriété et d’une grande audace, la lettre introduite du gouverneur de la Banque Centrale au Chef de l’Etat ne semble observer qu’un seul engagement: le devoir de sincérité. Chaque ligne des treize pages de l’évaluation en porte le sceau, en une propension manifeste à la transparence qui rejoint la politique générale de la BCT dans ce domaine. La description de la situation n’est pourtant pas aussi rose que nous l’aurions souhaitée. Voire, un point noir est en train de grossir hors de l’emprise de notre volonté. Un point tout à fait exogène qui semble durablement poursuivre son envol vers des cieux jamais atteints à ce jour. Il s’agit évidemment du prix des hydrocarbures qui influe directement sur la balance tunisienne alors que nous avons encore enregistré un déficit de l’ordre de 507 millions de dinars en 2004 dans le secteur de l’énergie. Mais le Gardien du Temple ne prend pas le Nord en affirmant que, face à ce défi: “…l’accélération de la réalisation des différents volets du programme national de maîtrise de l’énergie mis en place devient une nécessité impérieuse”. Convaincu du dossier, M. Baccar met du brio dans ses réflexions allant jusqu’à emprunter une approche socio-économique pour monter les vecteurs capables de véhiculer au mieux cette campagne. Il estime ainsi que la maîtrise de l’énergie “… appelle à la conjugaison des efforts de tous les intervenants afin d’ériger l’économie d’énergie en une culture et de l’ancrer dans le comportement des ménages et de l’entreprise”. Culture, comportement… nous sommes manifestement dans les couloirs de la philosophie économique. Les propositions du gouverneur insistant également sur les aspects tangibles de cet effort en soulignant que “… l’intensification de la recherche et de l’investissement dans les énergies renouvelables, le raccordement du plus grand nombre de ménages au réseau du gaz et la substitution du fuel par le gaz en tant que source de production énergétique sont autant d’actions qu’il importe de poursuivre et de renforcer en vue d’atténuer l’impact de la facture énergétique”. Revenant encore une fois au niveau “social”, M. Baccar estime que, pour stimuler la rationalisation de la consommation, la Tunisie serait bien conseillée de lancer une large campagne de sensibilisation tout en veillant à l’ajustement des prix de certains produits énergétiques. Dans le cadre des programmes de notre pays à plus long terme, il propose une option dont il est convaincu de la contribution efficace à la maîtrise de l’énergie: l’extension du réseau ferroviaire et du métro léger au plus grand nombre de zones de concentration urbaine. Manoubi AKROUT


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com