Médenine : Les deux amants périssent dans une tempête de sable





Dans le désert, il n’y a pas que les oasis. Il y a aussi les mirages, et les suivre c’est comme aller vers sa fin… Tunis-Le Quotidien “Simoun” est plus que jamais sec et violent. Ce vent de sable est assez redoutable pour provoquer l’état d’alerte. Les enfants sont interdits de sortie. Les portes sont bien fermées. Il est en effet préférable de rester chez soi et ne quitter son domicile que pour régler une affaire urgente. Il faut dire qu’à l’extérieur, le vent souffle à telle enseigne qu’il est quasi impossible d'ouvrir les yeux et il y a risque d’avoir les grains de sable dans les narines et les oreilles. C’est une situation invivable. Mais c’est l'occasion pour se dérober des regards et aller rencontrer par exemple son amant. La visibilité était presque nulle. Pourtant, on arrive à distinguer la silhouette d’une femme qui progresse lentement et sûrement malgré la violence des coups de vent qui secouent de plein fouet son corps. Son foulard lui était d’une grande aide. Elle s’en est servi pour protéger son visage. le reste de son corps était bien enveloppé dans ce “houli” en soie. Finalement, la dame est arrivée au niveau d’une voiture garée à la sortie de la ville. Le conducteur alluma les deux phares et partit vers une destination inconnue. De l’autre partie de la ville, une petite fille pleure alors que sa grand-mère tentait tant bien que mal de la calmer en la berçant doucement dans ses bras. La vieille dame comme le veut la tradition dans le sud du pays est l’ange-gardien de la famille en l’absence du père qui travaille en Libye. Elle vit alors avec sa belle-fille et sa petite fille veillant pour qu’aucun mal ne leur arrive. Peu à peu, la petite fille s’est calmée avant de partir dans un profond sommeil. N’empêche que la grand-mère était inquiète. Sa belle-fille tardait à rentrer. Bientôt la nuit tomba. Le vent continue pourtant à souffler de plus en plus fort. La malheureuse dame ne pouvait même pas sortir la chercher. Donc, elle est allée se reposer priant le bon Dieu pour qu’elle rentre avant qu’il ne soit vraiment trop tard. Malheureusement, le jour s’est levé et la belle-fille n’a pas donné signe de vie. Un peu plus tard, la vieille dame découvrit qu’on frappait à la porte depuis quelques instants. Elle ouvrit et reçut les saluts d’un agent de la garde nationale. L’auxiliaire de la justice a prié la grand-mère de l’accompagner au poste. Assise sur un siège, la vieille dame devait composer avec la situation pour pouvoir la digérer justement. Une patrouille mobile de la garde nationale a retrouvé le corps de sa belle-fille allongé sur la banquette arrière d’une voiture dont le conducteur a été pris au piège d’une violente tempête de sable. Il a également péri dans cet accident. A vrai dire, la belle-fille avait donné rendez-vous à son amant pour aller prendre du bon temps à quelques encablures de la ville. Avant même de passer à l’acte et goûter aux délices du péché, les deux amants ont été pris dans une tempête de sable qui a totalement immobilisé leur véhicule. La voiture était ensevelie sous le sable et il n’en restait que l’antenne de la radio dressée à la surface. D’ailleurs, c’est cet élément qui a aidé les agents à découvrir ce drame. On avait compris alors qu’il s’agissait d’un crime d’adultère qui a mal tourné. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com