Chirac retrace la politique extérieure française : Le P.O., l’Iran et l’ONU au sommet des priorités





Lors d’une réunion annuelle des ambassadeurs français à Paris, le Président Jacques Chirac a saisi l’occasion pour retracer les priorités de la politique étrangère française. Il s’agit d’abord d’œuvrer à la reprise “sans tarder” des négociations entre Israéliens et Palestiniens. Un dialogue que la France veut aussi entamer avec Téhéran afin qu’elle revienne à ses engagements de suspension des activités nucléaires, seule alternative avant de saisir le Conseil de sécurité dont il est temps, selon Chirac, d’élargir. Le Quotidien-Agences Le président français Jacques Chirac a appelé hier Israël et l'Autorité palestinienne à profiter de la "nouvelle dynamique" créée notamment par le retrait israélien de la Bande de Gaza pour "reprendre sans tarder les négociations". "La courageuse décision israélienne de quitter Gaza et les efforts de l'Autorité palestinienne pour mettre fin aux violences créent les conditions d'une nouvelle dynamique", a déclaré Chirac lors d'un discours prononcé au palais de l'Elysée à l'ouverture de la Conférence annuelle des ambassadeurs français. "La France salue le déroulement exemplaire de cette première étape. Il faut à présent, à travers la feuille de route, reprendre sans tarder le chemin des négociations pour parvenir à une paix fondée sur deux Etats démocratiques, vivant côte à côte en sécurité", a-t-il ajouté en référence au plan de paix du Quartette (Etats-Unis, Russie, Union européenne, ONU). * Une invitation à l’Iran Concernant le volet nucléaire iranien, Chirac a exhorté les dirigeants iraniens à revenir à "leurs engagements de suspension" des activités nucléaires sensibles faute de quoi, le Conseil de sécurité de l'ONU "n'aurait d'autre choix que de se saisir de la question". "Aujourd'hui, j'invite les autorités iraniennes à faire le choix de la coopération et de la confiance en examinant véritablement" l'offre de coopération européenne "et en revenant à leurs engagements de suspension des activités liées à la production de matière fissile, conformément à l'accord de Paris" de novembre 2004, a-t-il déclaré. "Nous en appelons à l'esprit de responsabilité de l'Iran pour rétablir la coopération et la confiance, à défaut desquelles, et je le regretterais, le Conseil de sécurité n'aurait d'autre choix que de se saisir de la question", a ajouté Chirac. L'objectif des Européens, qui négocient depuis près de deux ans avec l'Iran, "reste de convaincre Téhéran de fournir des garanties objectives du caractère civil de son programme" nucléaire, a souligné le président français. "Il y a de la place pour le dialogue et la coopération", a-t-il dit. * Elargissement de l’ONU Le président Chirac a indiqué enfin qu'"il est temps de réaliser l'élargissement trop longtemps différé" du Conseil de sécurité de l'Onu et a appuyé les candidatures de l'Allemagne, du Brésil, de l'Inde et du Japon (G4). "Pour relever les nouveaux défis de la sécurité collective, pour garantir la paix, le monde a besoin d'un Conseil de sécurité fort, reflétant mieux les réalités et les équilibres d'aujourd'hui", a dit Chirac. "Il est temps de réaliser l'élargissement, trop longtemps différé, de cette enceinte essentielle. La proposition présentée par l'Allemagne, le Brésil, l'Inde et le Japon répond aux exigences d'efficacité et de représentativité des différentes régions, et notamment de l'Afrique", a-t-il souligné. Il a ajouté que "la France, bien consciente des difficultés, souhaite néanmoins que cette réforme aboutisse d'ici le sommet de septembre ou, si comme il est prévisible cela sera difficile, au plus tard avant la fin de l'année".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com