E.S.T. – C.S.S. (3-1) : Des Sang et Or inspirés et efficaces





A défaut de football de haute qualité, le sommet E.S.T-C.S.S nous a gratifié d’une opposition colorée, disputée et passionnante. Les Tunisois ont amplement mérité leur victoire alors que les Sfaxiens ont péché par une fébrilité défensive criarde. Joué devant plus de trente mille spectateurs, le match E.S.T - C.S.S a tenu, en fait, une grande partie de ses promesses malgré un jeu souvent haché et des erreurs défensives à la pelle. Remise en selle, après sa victoire de mercredi à Bizerte, l’Espérance tenait à la confirmation et l’occasion était propice face au champion sortant. Disposée en 4-4-2 et privée des services de Chaâbani (parti fêter ses noces et remplacé par le jeune Jaber), l’équipe sang et or a fait preuve de beaucoup de volonté, d’engagement et de sérénité. Après un bon début et un but encaissé à la (19’), par Gomis, suite à une bévue de Jabeur, elle a su vite réagir pour inscrire coup sur coup deux buts, œuvres du régisseur Olivier (21’) dont le tir lointain ne laissa aucune chance à Jaouachi et de Letifi qui s’affirme de plus en plus, à la (42’). Bien sûr, les Espérantistes n’avaient pas la partie facile mais donnaient l’impression de tenir les rênes du match en gagnant les duels et en cherchant à bloquer les points forts adverses, à savoir les latéraux Gharbi et Haj Messaoud. D’ailleurs, c’est dans cette perspective que Bhaïri a été incorporé à la place de Ben Yahia, blessé. Après la pause, le troisième but marqué par Letifi qui a pleinement profité d’une erreur de son vis-à-vis Gharbi a conféré beaucoup de confiance au groupe et a donné l’occasion à certains sang et or de sortir le grand jeu à l’instar de Bekri, Yaken, Olivier et Letifi. Invité à expliquer cette belle prestation de son équipe, Khaled Ben Yahia nous a déclaré ce qui suit: “Il faut bien reconnaître que c’était dur face à un C.S.S prêt physiquement et tactiquement et qui pratique un football court et alerte. Dans les vingt premières minutes on a cherché le bon rythme pour avoir une réaction fulgurante après le but encaissé. Après la pause, on a rectifié le tir sur le plan tactique et on a résolu 70% de nos problèmes. Cette victoire installe confiance et sérénité et permet de travailler avec moins de pression. Sur le plan individuel, il y a lieu de rendre hommage à Bekri et surtout à Letifi qui a les moyens d’aller loin”. * Erreurs défensives fatales Dans le camp sfaxien, la déception était bien visible. Le champion sortant a raté son premier grand rendez-vous de la saison en raison d’une ligne défensive fébrile et manquant de concentration. Pourtant, le but inscrit par Gomis devait permettre au C.S.S de mieux gérer la rencontre, mais il était clair qu’il y avait un certain décalage entre la forme des uns et des autres. Autant Boujelbane, Haj Messaoud, Nafti et Ba étaient inspirés autant les Abdi, Gharbi, Merdassi, Aït Laârif étaient hors du coup. Sur les second et troisième buts encaissés, la responsabilité de la défense était engagée alors que le milieu a été par moments dépassé par l’entrejeu adverse mené par un virevoltant Olivier. Voilà donc un revers qui doit renvoyer les Sfaxiens à leurs cours. Ainsi, bien du labeur attend De Castel notamment au niveau de placement de la défense et des automatismes. D’ailleurs, cette prestation n’a pas plu au Suisse qui nous a déclaré que: “L’équipe, malgré un bon début de match, a connu un passage à vide de six minutes qui a coûté très cher avec deux buts encaissés par une défense dépassée. On aurait pu aussi revenir à deux à deux si Aït Laârif avait bien ajusté son tir à la (34’). Après la pause, les même erreurs ont été de nouveau commises et le troisième but encaissé a libéré l’Espérance. Une Espérance en hausse qui a bien exploité nos faiblesses”. En somme, c’était un sommet bien disputé qui a donné à voir une Espérance qui progresse sensiblement et un C.S.S étrangement fébrile. * Formations : - E.S.T: Tizié, Yaken, Bekri, Nwaneri, Jaber, Belhaj (Mahjoubi 79’), Melki, Olivier, Ben Yahia (Bhaïri 36’), Zitouni, Letifi. - C.S.S: Jaouachi, Haj Messaoud, Gharbi (Salem 76’), Merdassi, Abdi, Boujelbane, Kadri (Safi 46’), Ba, Gomis, Nafti, Aït Laârif (Khecharem 60’). Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com