Joumblatt : Le compte à rebours a commencé





Nocosie - Agences Le député et chef druze Walid Joumblatt a estimé hier que le "compte à rebours a commencé pour faire la lumière sur l'assassinat de Rafic Hariri", affirmant s'attendre à de "nouvelles arrestations" et au départ du président Emile Lahoud. "Je pense que le compte à rebours a commencé et je m'attends à la chute d'importantes personnalités au Liban et à l'étranger", a dit Joumblatt dans des déclarations à Radio-Orient à Paris, dont l'AFP a reçu des extraits. Le président Lahoud ne finira pas son mandat actuel, "je ne pense pas qu'il continuera à être président du Liban", a dit Joumblatt. Le député et journaliste libanais Gibrane Toueini avait indiqué à Radio-Orient que "certains hommes politiques libanais, dont lui-même, étaient directement menacés". Il a expliqué avoir reçu "un rapport des responsables de la sécurité libanaise dans lequel la Commission d'enquête internationale fait état de l'existence d'une liste de personnalités politiques libanaises qui pourraient faire l'objet d'un assassinat (...) et parmi ces noms figure le mien", avait dit Tuéni. Plusieurs personnalités libanaises ont été assassinées depuis la mort de Hariri, imputé à Damas par l'opposition antisyrienne au Liban. L'ancien député et ancien ministre Bassel Fleihane a été également tué dans l'attentat contre Hariri. Le journaliste Samir Kassir a été assassiné le 2 juin à Beyrouth et l'ancien secrétaire général du Parti communiste Georges Haoui le 21 juin également dan la capitale. Le ministre de la Défense Elias Murr a échappé le 12 juillet à une tentative d'assassinat et début octobre 2004, le député Marwane Hamadé avait été blessé après avoir fait l'objet d'un attentat à Beyrouth. Le député Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, avait reconnu dans des interviews à des chaînes américaines que sa vie pouvait être menacée. Il ne séjournait à Beyrouth que de manière intermittente depuis la fin des législatives en mai et se trouve à Paris depuis plus de deux semaines. Selon la presse locale, son principal allié, Walid Joumblatt, retranché depuis la fin du scrutin dans son fief de Moukhtara (à l'est de Beyrouth), s'est rendu à Paris au cours du week-end en avion privé. De nombreux autres responsables antisyriens, députés et ministres, tels le ministre des Communications Marwan Hamadé et le vice-président du Parlement Farid Makari, ainsi que des journalistes pointés du doigt par la presse de Damas, tel Ali Hamadé, ont quitté le Liban au cours des derniers jours et se trouvent à Paris, selon les journaux de Beyrouth.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com