Ouvrages lus pendant l’Eté : Livres d’Histoires, de divertissement et de cuisine en tête de liste





La lecture a constitué, pendant cette période estivale qui touche bientôt à sa fin, l’une des activités de loisir les plus prisées. Du coup, certains ouvrages, notamment les dernières parutions ont enregistré un engouement particulier. Zoom sur les ouvrages prisés. Quels sont les ouvrages les plus demandés en cette période estivale? Il est difficile de répondre de façon précise à cette question. Mais un tour du côté de certaines librairies nous permet de dégager une idée claire quant aux livres les plus écoulés. En effet, certaines dernières publications semblent tirer leur épingle du jeu durant cette période estivale. Il s’agit d’ouvrages pour la plupart en langue française, ou traduits en arabe aux côtés d’autres exclusivement publiés en arabe. “L’assassinat de Salah Ben Youssef”, un ouvrage de 236 pages d’Omar Khlifi, publié aux éditions “MC Editions”, figure en tête de liste des livres les plus demandés par le lectorat tunisien. Ce livre révèle qu’après 50 ans, cet assassinat n’est pas encore élucidé. “Ceux qui étaient impliqués directement, les protagonistes, décédés, ont toujours refusé de témoigner pour ne pas, disaient-ils, remuer le couteau dans la plaie”, résume en substance l’auteur du livre. Mais Omar Khlifi reconnaît dans cet ouvrage qu’il n’a pas la prétention de cerner le problème, mais tout juste de mettre en place “le puzzle de cet affrontement entre Bourguiba et Ben Youssef et d’ouvrir un débat qui n’a jamais eu lieu, tout en levant le voile sur l’un des épisodes les plus sombres de notre histoire”, commente-t-il. Outre cet ouvrage historique, les romans de divertissement ont également été très prisés. En tête de liste de ces livres, figure notamment “Da Vinci code” de l’italien Dan Brown, paru en 2005 à l’édition “Pocket” dans la catégorie des romans de poche et traduit en français. Ce roman de 745 pages retrace, dans un style très humoristique, l’histoire d’un héros de guerre, Jacques Sonières. En plus de ce roman, “Sidi Bou Saïd”, un livre de Mustapha Chelbi, volumineux de 95 pages, paru aux éditions “Finzi”, était aussi sollicité. “L’objectif de ce livre est de célébrer ma naissance à Sidi Bou Saïd. C’est un livre auto-biographique”, commente l’auteur. * Ouvrages en arabe, sollicités aussi En langue arabe, certains livres continuent de fasciner le lectorat tunisien, notamment les intellectuels de deuxième et troisième génération. “Bourguiba et l’Islam” de Lotfi Haj paru aux éditions Sud Editions, “La fondation du Maghreb Islamique”, d’un volume de 207 pages, publié à “Dar Ettaliaa” sont les deux ouvrages qui ont attiré le lectorat arabophone durant cette période estivale. A ces deux ouvrages, il faut ajouter: “Fetna”, ou la guerre au cœur de l’Islam de Gilles Kepel traduit du français par la maison d’édition libanaise “Dar Echchafi”. Force est de noter au passage que des ouvrages de la catégorie roman, de divertissement ou de livres historiques, ne sont pas les seuls qui ont attiré le lectorat tunisien. Certains livres de cuisine, parus en arabe ou traduits dans cette langue ont bénéficié d’un engouement particulier. Parmi ces ouvrages, on trouve notamment “Délices de Tunisie”, qui rassemble les recettes de plusieurs chefs cuisiniers et est illustré de photos. Ce livre de 237 pages, paru pourtant depuis 2002, aux éditions “EDL”, continue toujours d’attirer la gent féminine, notamment les Tunisiennes résidant à l’étranger de passage en Tunisie durant cette période d’été. “Cuisines et pâtisseries tunisiennes” de Mohamed Kouka, cet ouvrage qui présente 500 recettes tunisiennes illustrées de 66 photos, paru aux éditions “Dar Ettourath” depuis 1997, continue de son côté d’attirer le public des saveurs tunisiennes. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com