Cyclone Katrina : Les pillards entrent en scène





Le président américain George W. Bush a averti jeudi qu'il n'y aurait aucune tolérance pour les pillards qui sévissent après le passage du cyclone Katrina et pour tous ceux qui profitent de la situation pour s'enrichir. Le Quotidien - Agences "Je pense que ce doit être la tolérance zéro pour les personnes qui contreviennent à la loi en situation d'urgence comme celle-ci", a dit Bush, dans un entretien accordé la chaîne de télévision américaine ABC. Le président a pointé du doigt les pillards qui se multiplient à la Nouvelle-Orléans, mais aussi ceux qui chercheraient à frauder sur les prix de l'essence, sur les assurances ou encore à détourner les dons. "J'ai été très clair à ce sujet avec le ministre de la Justice", a-t-il ajouté. Les autorités de la Nouvelle-Orléans s'efforçaient jeudi d'évacuer des dizaines de milliers de personnes encore bloquées dans la ville, livrée aux pillages et au chaos après l'inondation catastrophique provoquée par le cyclone Katrina. Alors que les autorités locales évoquent des bilans estimés à plusieurs centaines de morts, le gouvernement fédéral a lancé une mobilisation sans précédent pour venir en aide aux régions du sud des Etats-Unis dévastées par le cyclone, "l'une des pires catastrophes naturelles de l'histoire" du pays selon le président George Bush. Le gouverneur de la Louisiane, Kathleen Blanco, a répété hier son appel aux citoyens à quitter la Nouvelle-Orléans. "Nous prions les gens de partir", a-t-elle déclaré, ajoutant que la ville devait être laissée aux personnels qui mènent les opérations de secours. Le maire de la Nouvelle-Orléans, Ray Nagin, a annoncé que près d'un million de personnes avaient déjà été évacuées dans l'ensemble de la région mais que des centaines de milliers étaient toujours bloquées. Il a ajouté qu'il faudrait trois ou quatre mois avant que les habitants puissent revenir. Les autorités ont commencé à évacuer des milliers de sinistrés réfugiés dans le Superdome, le stade de la Nouvelle-Orléans, pour les transférer vers l'Astrodome de Houston (Texas), où les responsables ont déclaré pouvoir accueillir jusqu'à 25.000 personnes. Des convois de dizaines d'autobus scolaires jaunes et d'autocars de tourisme acheminaient les réfugiés vers Houston, tandis que les convois d'aide d'urgence défilaient dans l'autre direction. Le responsable des hôpitaux de la Louisiana State University, Don Smithburg, a annoncé que quelque 10.000 personnes, patients et membres du personnel, étaient en cours d'évacuation, en raison de l'épuisement des réserves de carburant pour les générateurs qui fournissent l'électricité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com