Mémo La première sortie à Naïrobi tourne au cauchemar





Le 1er août 1987, l’Equipe de Tunisie conduite par un autre sélectionneur français, Jean Vincent, inaugurait sa pitoyable campagne des Jeux africains de Naïrobi par une défaite (1-0) devant le Kenya. «C’était un vrai cauchemar accentué par le laxisme et la désinvolture avec lesquels a été menée l’équipe kenyane. Les conditions d’hébergement et la nourriture n’étaient certes pas irréprochables mais cela ne saura justifier la débâcle. Le choix des joueurs et l’encadrement ont été défaillants et c’est l’entraîneur qui endosse la plus grande part des responsabilités». C’est M. Ridha Ayed, membre fédéral et chef de la délégation tunisienne aux 4èmes Jeux africains (1er au 12 août 1987) qui s’exprimait ainsi au retour de l’équipe nationale. On annonça d’ailleurs l’arrivée pour 18h. Eh bien, les copains de Bassem Jeridi étaient dès 13h30 à l’aéroport de Tunis-Carthage pour échapper à la colère des supporters. Le 11 août, la Fédération publiait un communiqué dans lequel on peut lire ceci : «Vu les erreurs d’appréciation commises par Jean Vincent dans l’exercice de ses fonctions, surtout lors du dernier tournoi, vu ses prises de position et certaines de ses réactions qui ne pouvaient qu’avoir des effets négatifs sur l’ambiance du groupe et qui ont nécessité à un moment donné son rappel à l’ordre par le ministère de la Jeunesse et des Sports, attendu que M. Jean Vincent a abandonné l’équipe nationale sur le chemin du retour, de Naïrobi à Athènes, et a préféré rentrer directement à Paris : il est mis fin aux fonctions de Jean Vincent au sein de la FTF en tant que sélectionneur et entraîneur des équipes nationales. L’entraîneur adjoint Taoufik Ben Othmane est chargé provisoirement des destinées de l’E.N.». * Défaites contre Perpignan et Andorre ! Comme on peut le constater, le communiqué ne comprend aucune allusion, directe ou même indirecte à la part de responsabilité des joueurs dans cet échec; sans parler de celle de la fédération à laquelle ce serait à l’évidence trop demander que d’attendre de sa part une quelconque autocritique ou un simple examen de conscience. Il faut en vérité rappeler que la Tunisie ne dût sa qualification au tournoi de football des Jeux de Naïrobi qu’au désistement de l’Algérie. Deux semaines durant, Vincent emmènera sa troupe en stage à Font-Romeu où l’on put déjà sentir les prémices du camouflet : défaites des nôtres dans des matches-tests disputés dans la station pyrénéenne à 1800 m d’altitude, contre Perpignan (2-1) et Andorre (1-0). On vous épargnera la peine de dire à quelle insignifiante catégorie appartiennent ces deux sparring-partners. Vincent ne trouvera pas de mieux à dire que de rappeler qu’il avait tenu à faire disputer ces matches dans des délais rapprochés comme le seront les sorties en terre kenyane : «Le mal endémique s’appelle toujours une chronique et affligeante carence offensive», constatera l’ancien attaquant de l’équipe de France. «Khaled Ben Yahia a été l’élément le plus rassurant. On a pu mesurer tout son rayonnement et son talent qui demeurent indispensables au groupe», se félicitait Vincent que ces inquiétantes prestations de Font-Romeu auraient pourtant dû inviter à la méfiance. «Un stage fructueux et positif à tous les points de vue», assurait-il de retour des Pyrénées françaises le plus sérieusement du monde. A Naïrobi, l’EN vécut néanmoins l’une des pages les plus sombres de son histoire. «Les joueurs étaient en larmes après la défaite contre Madagascar», raconte M. Ridha Ayed, chef de la délégation de football aux 4èmes Jeux africains qui ajoute que «les jambes ne répondaient malheureusement plus». Mais, fort heureusement, les jambes allaient vite se remettre «à répondre» puisque quelques mois après les larmes de peine à Naïrobi, les Aigles de Carthage allaient verser des larmes de joie en assurant sous la conduite de Taoufik Ben Othman leur qualification aux Jeux olympiques 1988 à Séoul en dominant l’Egypte, puis le Maroc. Les démons de Naïrobi ont été de la sorte vite chassés. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com