L’œil de l’observateur Abdelhamid Hergal : «Hormis Dos Santos, tous les autres peuvent à tout moment être remplacés»





L’ancien attaquant du Stade Tunisie et de l’Equipe de Tunisie appelle à la méfiance. Abdelhamid Hergal convient que le Onze de Lemerre possède tous les atouts dans sa sortie de Naïrobi. Mais la sélection kenyane lui a plu et il la trouve capable de mettre la pression, l’altitude aidant, sur les nôtres. * Hergal, c’est un match pas comme les autres que dispute à Naïrobi l’Equipe de Tunisie. Outre l’altitude, il sera marqué par un huis clos qu’on rencontre désormais rarement dans le football moderne… — Oui, et il faudra bien se méfier de cette arme à double tranchant car il n’est pas très évident que ce soit à l’avantage de la Tunisie, les Harambee ressentant beaucoup moins de pression dans ces conditions inédites. Pour le moral et pour le classement, ce match sera assurément décisif. A présent, on connaît cet adversaire dont il faudra se méfier énormément. Le 17 août à Tunis il s’est créé beaucoup d’occasions et a été menaçant jusqu’au bout. Maintenant, la balle est dans le camp des joueurs. * Les Aigles de Carthage vont se présenter à Naïrobi privés de beaucoup de titulaires (blessures ou tout simplement ménagés de crainte d’écoper du carton suspensif juste avant le match contre le Maroc). N’est-ce-pas-là un gros risque qu’encourt le leader du Groupe 5 des éliminatoires CAN et Mondial 2006? — Je crois que l’entraîneur national s’est de tout temps préparé à ce genre de contre-temps. Les cas de blessure ou de suspension font partie des règles du jeu et Lemerre a su étoffer son effectif en sorte que, le jour où Santos par exemple n’est pas là, il a sous la main une solution toute prête. Peut-être que j’ai choisi là le plus mauvais exemple car, à mon avis, Santos est quasiment irremplaçable de part le plus énorme qu’il apporte à l’équipe. En revanche, tous les autres joueurs sont pratiquement de valeur égale, et à valeur égale, on trouve toujours une solution de rechange toute prête même si, en attaque, j’ai un faible pour Guemamdia, une valeur sûre au rendement exemplaire et que je trouve sous certains aspects supérieur à Jaziri, par exemple. * La sélection conduite par Lemerre tire sa force essentiellement de l’apport déterminant des professionnels d’Europe… — Bien évidemment. Par la qualité de leur assimilation tactique, leu sérieux, leur énorme faculté d’adaptation et leur rendement généreux, les pros ont su apporter le plus qui faisait cruellement défaut à notre sélection, par exemple au temps où j’an faisais partie. Il est clair que les Jaïdi, Saïdi, Trabelsi… ont pris de l’épaisseur depuis leur transfert en Europe. Ajoutez à cela un entraîneur compétent disposant du privilège inouï de pouvoir compter sur des pros un peu partout, aux quatre coins de l’Europe. Jadis, nous nourrissions un terrible complexe à l’endroit des “pros” qui viennent nous défier avec leurs sélections africaines. Désormais, cela fait partie de la petite histoire. * Qu’est-ce qui a changé d’autre dans la vie du club Tunisie qui ait rendu ses performances aussi brillantes ces dernières années? — La qualité de l’encadrement a évolué. La Fédération gère beaucoup mieux la vie de la Sélection. Et puis, le régime professionnel a changé certaines habitudes. La Sélection n’avait pas une réelle vie de groupe. Il y avait certes de grands joueurs mais pas de Club Tunisie en tant qu’équipe et entité collective. Les primes consistantes sont là. Pour une grande performance, on n’hésite pas à offrir 40 ou 50 mille dinars pour chaque joueur là où un millier de dinars de primes paraissait naguère une fortune. * Dans le football tunisien actuel, auriez-vous entraperçu un nouveau Hergal, un élément capable de perpétuer votre tradition de véloce ailier au demi de couloir et possédant un peu vos caractéristiques? — Contrairement à ce que prétendent certains, je persiste à croire qu’il y a parmi les jeunes actuels de bien meilleurs joueurs que Hergal, Temime… Il n’y a qu’à voir Guemamdia et la marge de progression qui est la sienne. Malheureusement, dans notre pays, on ne cherche que les résultats immédiats, en négligeant par conséquent la formation. Pour revenir à votre question, il y a si peu de joueurs qui se ressemblent. Chacun possédant ses propres caractéristiques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il n’y a eu qu’un seul Pelé, un seul Maradona, un seul Cruijff… * Encouragez-vous vos enfants à suivre une carrière de grand footballeur? — Non. certes, mon enfant Ahmed, 1ère année junior, exerce au Stade Tunisie et évalue régulièrement en tant que titulaire. Mais, contrairement à certains parents qui poussent leurs enfants à percer au plus haut niveau, en faisant en quelque sorte de juteux “projets commerciaux”, je n’ai jamais intervenu en faveur de mon fils. Il doit tout simplement choisir sa voie et s’imposer tout seul s'il compte vraiment réussir une grande carrière. * Un pronostic pour Kenya - Tunisie? — L’optimisme est permis. Cette sélection sait sa faire respecter. Les Kenyans, tout comme les joueurs d’Afrique noire, paraissent naïfs et manquant de maturité derrière. Mais ils savent pratiquer un jeu ouvert et mettre la pression sur la défense adverse. Malgré tout, nous avons tous les atouts. J’opterai pour une victoire de la Tunisie ou, à la rigueur, pour un match nul. Recueillis par S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com