Mission en Irak : La décision nippone après le scrutin





Tokyo-Agences Le Premier ministre japonais Junichiro Koizumi a indiqué qu'il déciderait de prolonger ou non le déploiement nippon en Irak après le référendum d'octobre sur la nouvelle Constitution irakienne, soit également après les élections législatives du 11 septembre au Japon. Koizumi, qui est en pleine campagne électorale, évite ainsi habilement un sujet de polémique, dommageable à son camp, avec l'opposition centriste et de gauche qui réclame le rapatriement du contingent japonais. "Il y aura un référendum en octobre (en Irak) et il faudra en examiner le résultat avant de prendre une décision", a déclaré hier M. Koizumi dans une interview avec les médias japonais. Le chef de l'opposition, Katsuya Okada, a fait part de sa volonté de retirer le contingent nippon d'Irak d'ici la fin décembre s'il remporte les élections. En principe, la mission japonaise prendra fin le 14 décembre prochain. Mais M. Koizumi a déjà laissé entendre que le Japon pourrait prolonger son déploiement en Irak à la demande des Etats-Unis. Quelque 600 soldats japonais sont stationnés depuis le début 2004 dans la ville chiite relativement paisible de Samawa (sud de l'Irak), où ils sont affectés à une mission de reconstruction. C'est la première fois depuis 1945 que le Japon déploie des troupes sur un théâtre de guerre. Cette mission historique manifeste la solidité des liens entre le Japon et son allié américain et la volonté de Tokyo de jouer un rôle accru sur la scène internationale.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com