U.E. : Erdogan exclut des concessions au sujet de Chypre





Ankara-Agences Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exclu hier des concessions au sujet de la question de Chypre avant l'ouverture des négociations d'adhésion avec l'U.E le 3 octobre, affirmant que la Turquie "n'a plus rien à donner". "S'il y en a qui ont toujours des attentes différentes de la Turquie, ceux-ci se trompent (...) La Turquie n'a plus à donner", a-t-il dit lors d'un discours prononcé à la réunion de la Fondation du laboratoire méditerranéen, à Naples (sud de l'Italie), retransmis par les chaînes turques. Erdogan s'exprimait au sujet de la question chypriote et notamment sur les pressions européennes pour que les autorités turques reviennent sur l'interdiction d'accès de leurs ports et aéroports aux navires et avions chypriotes (grecs). Estimant que la Turquie avait rempli les critères politiques, dit de Copenhague, pour l'ouverture des pourparlers d'adhésion à l'Union, Erdogan a insisté sur le fait que son pays "n'a plus aucun engagement à respecter". "Nous avons tout fait ce qui est inscrit dans les critères de Copenhague et nous avons fait aussi tout ce qui était attendu de nous le 17 décembre" lorsque les dirigeants européens ont fixé pour le 3 octobre la date d'ouverture des pourparlers d'adhésion avec Ankara, a-t-il ajouté. La controverse sur la question chypriote a rebondi fin juillet lorsque la Turquie a signé le protocole étendant aux nouveaux Etats membres de l'U.E l'accord d'union douanière qui lie le pays à l'Europe. Cette signature était la dernière condition préalable posée par l'U.E avant les pourparlers d'adhésion, mais le gouvernement turc l'a assortie d'une déclaration réaffirmant qu'elle ne signifiait pas une reconnaissance de Chypre.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com