Les TIC et la famille : Le danger des excès





Les TIC ont largement facilité la vie de tous les jours. Mais les excès d’usage constituent un danger notamment pour les enfants. Tunis-Le Quotidien Les effets des technologies de l’information et de la communication (TIC) sur les rapports familiaux font encore couler beaucoup d’encre. Plusieurs questions se posent. En effet, les parents s’inquiètent à ce sujet et se demandent si le rôle des TIC complète l’école ou s’il va au contraire à l’encontre de ses principes. Ce n’est pas du tout évident de savoir qu’elles peuvent être les conséquences des excès d’usage de ces technologies notamment l’informatique, l’internet, le portable, etc... Il va sans dire que le nouveau rythme de vie incite les parents à occuper leurs enfants. Ce qui fait qu’ils sont rassurés lorsque ces derniers sont absorbés par les jeux vidéos et les gadgets électroniques. Leur calme et leur silence évitent aux parents le bruit et le dérangement. Or, c’est un fossé qui se creuse entre les membres de la même famille. M. Hatem Ben Othman, président de l’Organisation tunisienne de l’éducation et de la famille met en garde contre les effets des TIC. Sur le plan psychologique, un déséquilibre individuel et collectif risque de s’installer. En outre, des cas de déprime se manifestent et peuvent évoluer jusqu’à la dépression nerveuse voire le suicide. Car ce genre de phénomène qui bouscule la vie des gens n’est pas géré de la même manière. Et c’est là où réside le danger. M. Ben Othmane ajoute que l’usage des TIC a un impact physiologique également. Les enfants sont tout le temps cloîtrés devant les écrans en tous genres. Ce qui est de nature à les perturber précocement et à nuire directement à leurs nerfs à travers la vue. Au niveau de l’éducation, il est clair que l’engouement de ces gosses pour ces jeux l’emporte sur la révision, la préparation de leurs exercices, la lecture et surtout la discussion dans la famille. Ils n’ont d’yeux et de temps que pour ce loisir qui se transforme en un ennemi de l’école voire de la famille. Car ces deux dernières constituent des freins empêchant les enfants d’exercer leur «passion» comme ils veulent. * Enfant roi A partir de cet attachement des enfants à ces technologies, toute une politique de production, de commercialisation et de publicité cible désormais ce consommateur. C’est l’enfant roi qui impose aux adultes leurs choix et priorités. D’ailleurs, beaucoup de parents ont perdu leur pouvoir d’autorité. Ils essaient de ménager les petits et de s’adapter à leurs goûts. Ils autorisent et permettent plus qu’il ne refusent ou interdisent quoi que ce soit. Cet état d’esprit a réduit les foyers en de simples toits sous lesquels chacun possède son propre espace. Du moment que la famille a été bousculée par ces TIC et très souvent marginalisée au sein même du foyer, la société a été frappée elle aussi. Elle est touchée dans ses valeurs et dans les rapports entre les personnes. C’est une frénésie de consommation qui s’est emparée de la société au point que les besoins dépassent souvent les moyens. Ce qui favorise l’endettement pour tout avoir. Et M. Ben Othmane de préciser qu’une solution s’impose. L’interdiction totale est inefficace tout comme la liberté absolue. C’est d’un contrôle plus rigoureux qu’on a besoin. Il est nécessaire afin d’obtenir une distribution équitable du temps. Ceci permet à l’enfant de respecter le temps des études et le temps libre. Il faut entre-temps préserver les liens familiaux ainsi que la tradition de discuter avec les enfants. M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com