A la mémoire de notre doyen : Si Slah, repose en toute quiétude





Il y a trois ans nous a quittés notre père réel et spirituel. En effet il y a trois ans nous a quittés le fondateur de cet édifice, Si Slah El Amri, l’homme qui a su défier toutes les vicissitudes pour faire de cette institution ce qu’elle est à l’heure actuelle… Du journal Al Anwar, le doyen de «la maison», jusqu’au journal «Le Quotidien»… le benjamin de Dar Al Anwar … Feu Slah El Amri a toujours vu juste et a pu planifier de manière rationnelle… Résultat : Dar Al Anwar se trouve aux premières loges du monde de l’information. Son rêve a été en quelque sorte exaucé bien que le chemin à parcourir reste long et périlleux pour persévérer dans la voie tracée par lui, à savoir s’évertuer davantage pour que Dar Anwar préserve son rang de prédilection dans le monde de la presse écrite… Pour l’avoir côtoyé de longues années durant, à partir de la rue d’Avignon en passant par la rue Kamel Ataturk puis la Rue Echam et finalement l’avenue Jean-Jaurès, on peut mesurer le degré des sacrifices consentis pour faire de Dar Al Anwar ce qu’elle est aujourd’hui. Pour toutes ces raisons et tant d’autres on dira tout simplement à notre regretté doyen : repose en paix… Nous resterons à jamais fidèles à la ligne que tu nous a tracée pour que notre institution préserve à jamais son rang de leader. Si Slah… Repose en toute quiétude. Mohamed Ali Ferchichi


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com