Suspension du 6ème congrès de la L.T.D.H : Les plaignants s’attachent à l’exécution du jugement…





• Eventuel recours à la justice pour le remplacement de l’équipe chargée des préparatifs du 6ème congrès Sept présidents des sections de la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme (LTDH) s’attachent à l’exécution du jugement prononcé lundi dernier par le tribunal de première instance de Tunis relatif à la suspension du congrès de la Ligue prévu pour les 9, 10 et 11 septembre… Tunis-Le Quotidien Les présidents des sept sections de la LTDH dissoutes par le Comité directeur “dans le cadre du renouvellement des sections” ont tenu, de nouveau, une conférence de presse hier dans un hôtel de la place pour faire le point sur les derniers rebondissements du “bras de fer” qui les oppose au Comité directeur de la Ligue. Les responsables des sections dissoutes ont exprimé leur “satisfaction” quant au jugement rendu par le tribunal de première instance de Tunis siégeant en référé le 5 septembre portant sur la suspension de la tenue du congrès de la Ligue suite à une plainte qu’ils ont déposée auprès des tribunaux pour l’annulation des “fusions illégales” des sections et de la tenue du 6ème congrès. MM. Ridha Mellouli, Chedly Ben Younès, El Kamel Laâbidi, Abderraouf Jemel, Fathi Attia, Mohamed Zine Dhouilaâ et Salah Kachbouri ont également déclaré qu’ils ne ménageront aucun effort pour que les autorités compétentes exécutent le jugement relatif à la suspension du congrès en attendant que les tribunaux rendent leur jugement sur l’affaire de fond. “On veillera sur l’exécution du jugement prononcé lundi dernier par le biais d’un huissier-notaire”, fait remarquer Me. Chedly Ben Younès, président de la section Montfleury. Et d’ajouter: “Nous envisageons de recourir à la justice pour le remplacement du groupe chargé par les tribunaux de restructurer les sections et de préparer le 6ème congrès de la Ligue, lequel groupe ne s’est pas convenablement acquitté de sa tâche”. * Indépendance Au cours de son intervention, Me. Ben Younès n’a pas manqué de souligner que les présidents des sections plaignants sont “indépendants vis-à-vis de tous les partis et les courants politiques même si une majorité relative des sections dissoutes appartient au RCD”. Dans ce même registre, Me. Ben Younès a précisé que les sept président des sections dissoutes “ne jouissent d’aucune protection à l’intérieur du pays et à l’étranger contrairement au comité directeur”. M. Ridha Mellouli, président de la section Tunis Médina, a adressé un appel à toutes les composantes de la société civile tunisienne et aux ONG internationales “pour vérifier toutes les données relatives à l’affaire afin qu’elles ne soient pas induites en erreur”. Le président de la section de Tunis Médina a également rappelé que “les plaignants n’ont fait appel aux tribunaux qu’après épuisement de toutes les voies de dialogue” en indiquant que l’action menée par les sept présidents des sections dissoutes est “un combat pour la sauvegarde de la Ligue prise en otage par un clan sectaire”. Il importe de souligner, par ailleurs, que le jugement sur le fond de cette affaire sera prononcé le 1er octobre prochain… W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com