Rentrée scolaire : Ce que redoutent les parents





Dans quelques jours, les élèves regagneront les bancs de l’école. Cette reprise des cours met la pression sur les parents qui appréhendent la rentrée scolaire. Tunis-Le Quotidien Chaque année, la rentrée scolaire est dure à plus d’un niveau. Ce sont les parents qui subissent en particulier la pression de cette reprise des cours. Ils sont acculés à affronter les dépenses et à imposer un nouveau rythme à leurs enfants. Mais à chaque rentrée, certains soucis rongent l’esprit du papa ou de la maman. Ils s’inquiètent parce que e petit arrive difficilement à porter son cartable. Ils estiment aussi que le programme est trop chargé et que les gosses ne pourront pas supporter autant de travail. Ces soucis semblent pourtant moins préoccuper les parents qu’auparavant. Il se trouve que d’autres problèmes ont émergé depuis les dernières années. En effet, Mme Selma Rouatebi ne pense plus au programme scolaire. Tout ce qu’elle redoute c’est qu’un mal n’arrive à ses deux enfants dans la garderie scolaire. «J’ai tout le temps peur qu’ils soient maltraités ou qu’il n’y ait pas assez d’hygiène. Donc je fais de mon mieux pour qu’ils emmènent le nécessaire de la maison». Cette histoire des garderies scolaires ne finit pas. De nos jours, bon nombre de nos concitoyens recourent à ces établissements auxquels ils confient leur progéniture. Cette mission n’est pas accomplie sans problèmes. Très souvent, les parents se plaignent des services rendues par ces garderies. Mme Halima Arfaoui est mère de trois élèves qui vont tous en garderie. A part le prix qu’elle trouve exagéré par rapport à la demande, elle n’est pas très satisfaite des services. «Je suis obligée de les inscrire dans une garderie parce que je n’ai personne à qui les confier à la maison. Je sais qu’ils sont plus ou moins entre de bonnes mains. Cependant, la rigueur et la discipline font souvent défaut dans ces établissements», dit-elle. * Ras-le-bol des cours particuliers Les garderies scolaires posent ainsi assez de problèmes pour les parents. Mais un autre phénomène leur fait réellement peur à la rentrée scolaire. Ce sont les cours particuliers que certains enseignants exigent auprès de leurs élèves. Si ces derniers refusent, la situation risque de tourner, arguent-ils au «règlement de compte». C’est justement ce que redoute M. Rezgui Slimani. «Chaque année, je consacre un budget colossal par rapport à mes moyens pour payer les cours particuliers. Entre deux enfants à l’école et deux autres au collège, la somme est importante tous les mois». M. Slimani n’est pas le seul à se plaindre des cours particuliers. Ceux-ci sont devenus presque obligatoires afin de garantir une certaine fourchette de notes. M. Ali Guerfel en sait beaucoup. «Franchement, je suis contre ce «chantage». Je peux inscrire mon enfant lorsqu’il a vraiment besoin de se faire aider et assister. Mais quand cela devient une forme d’obligation, je dis non. Malgré mon avis là-dessus, mon fils suit des cours particuliers. Il me culpabilise car il ne veut pas que son prof le classe dans le rang des «autres» qui ne paient pas ce service». Il faut dire que ce phénomène a pris de l’ampleur à tel point qu’il est devenu une hantise pour beaucoup de parents. Ils se sentent entre le marteau et l’enclume. D’un côté, les cours sont chers et d’un autre côté certains enseignants ne pardonnent pas et peuvent exercer une pression sur les élèves. Et c’est déjà assez pour appréhender la rentée scolaire. M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com