Najaf passe sous contrôle irakien : Vers le retrait des forces étrangères?





L'armée américaine a cédé hier aux Irakiens le contrôle de la ville sainte chiite de Najaf, dans une opération marquant un mouvement de repli qui pourrait anticiper un retrait des forces étrangères du pays. Le Quotidien-Agences En cédant la base stratégique proche de cette ville située à 160 km au sud de Bagdad, l'armée américaine laisse aux Irakiens le contrôle d'un important centre urbain et un lieu de pèlerinage pour les chiites, majoritaires en Irak. "C'est un plaisir de constater que l'armée irakienne est capable de contrôler cette zone", a déclaré lors d'une cérémonie organisée à cette occasion le général de brigade américain Augustus Collins. Ce transfert fait partie d'un plan de désengagement graduel qui pourrait préparer à long terme un éventuel retrait de l'armée américaine. "L'armée irakienne est totalement autonome et nous n'avons plus qu'un rôle de conseiller", a souligné un autre officier américain, le lieutenant-colonel James Oliver, alors que des soldats irakiens ont lancé des vivats en l'honneur du grand ayatollah Ali Sistani, figure de proue des chiites d'Irak, qui vit dans la ville sainte. Entre-temps, l'ONU à Bagdad s'est inquiétée du retard pris dans l'impression et la distribution aux foyers irakiens de 4,5 millions copies du projet de Constitution, estimant difficile de le faire avant le référendum du 15 octobre. L'armée américaine a annoncé pour sa part de nouvelles opérations à la frontière syrienne contre des combattants étrangers tandis que le ministère de la Défense à Bagdad a affirmé avoir repris le contrôle de la ville rebelle de Tall Afar, dans la portion nord de cette frontière. * Référendum Par ailleurs, l'ONU a déclaré qu'elle attendait toujours le texte définitif du projet de Constitution pour lancer la campagne d'information. "On n'a plus que six semaines avant le référendum et il faut au moins deux semaines pour l'impression et la distribution peut prendre près d'un mois", a indiqué Nicolas Haysom, un responsable de l'ONU. Selon lui, les hommes politiques s'emploient toujours à reformuler certains articles du texte considérés comme inacceptables par les Arabes sunnites. La fin de la rédaction du projet de Constitution avait pourtant été annoncée le 28 août. Le retard peut affecter la distribution du texte à l'échelle nationale, a indiqué Haysom, ajoutant que l'ONU étudie des solutions de rechange comme une diffusion du texte par les journaux. Dans ce contexte, un responsable de la Commission électorale, Farid Ayar, a annoncé que le nombre d'électeurs enregistrés pour le référendum du 15 octobre et les élections générales du 15 décembre a atteint les 15,5 millions. Ce chiffre comprend les personnes qui ont porté pour la première fois leurs noms sur les registres électoraux, après avoir atteint l'âge légal de 18 ans. La fin des enregistrements a eu lieu le 31 août dans tout le pays et doit s'achever aujourd’hui dans la province rebelle d'Al-Anbar, à l'ouest de Bagdad, qui connaît des opérations militaires et qui a bénéficié d'un délai supplémentaire. D'un autre côté, l'armée américaine a annoncé avoir tué hier deux combattants étrangers en détruisant l'un de leurs repaires près de la frontière syrienne, dans l'ouest de l'Irak, après avoir fait état de raids aériens lundi sur deux ponts sur l'Euphrate de la même région pour empêcher leurs mouvements. Ces deux objectifs sont situés près de Karabila, près d'Al-Qaïm où le réseau du Jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, l'homme d'Al-Qaïda en Irak, est actif.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com