Jeunes et traditions : A préserver, absolument





Dans une société, la manière avec laquelle se conforme un peuple, devient une tradition collective transmise de génération en génération. Or la manière d’être chez les jeunes est trop influencée par un way of life occidental, ce qui nous pousse à croire que ces êtres préfèrent l’innovation et bafouent certaines normes sociétales. Ce constat est-il vrai ? les jeunes d’aujourd’hui foulent-ils aux pieds nos us et coutumes? Tunis - Le Quotidien Il s’appelle Jalel alias “Jiji”. Elle s’appelle Soufia et “Sophie” pour les intimes. Leurs tubes préférés émanent illico de l’Occident et leur manière de s’habiller est plutôt en jean, tee-shirt. Ces jeunes là sont pourtant tunisiens. Savent-ils faire la part des choses et derrière cette allure francophone, y a-t-il des êtres attachés aux traditions? Seïfallah, 18 ans, élève, adore les parfums pénétrants de l’encens. Il aime écouter le mezoued et rêve d’un mariage typiquement tunisien où l’odeur du henné et d “harkous” chatouillera son nez. Et pourtant, c’est un jean’s qu’il porte. “Le modernisme ne doit aucunement nous faire oublier notre identité et nos origines. Certes, je porte un jean’s et j’aime manger des sandwichs et des pizzas et j’écoute du rap et du hip-hop, mais je suis en revanche tunisien jusqu’au bout des ongles et je tiens absolument à préserver toutes nos traditions qui soulignent mon identité et je compte les transmettre à mes enfants. Et si, à présent, je suis plutôt “in”, je ne le serai sûrement pas dans une dizaine d’années”, dit-il. Kaïs, 19 ans, élève, adore l’ambiance traditionnelle. Il adore écouter ses grands parents parler du bon vieux temps. “Je suis très nostalgique de l’époque où la grande famille vit dans une immense maison arabe. L’époque du “Sefsari” et du “kholkhal”... L’ambiance est typique. Cela dit, même si mon mode de vie est influencé par le mode de vie occidental, je suis bien ancré et je tiens absolument à nos traditions et à nos coutumes. D’ailleurs, je tiens à ce que mon mariage garde une empreinte typiquement traditionnelle. Et je tiens aussi à préserver toutes nos habitudes lors des fêtes et des grandes occasions. Il ne faut donc pas se fier aux apparences et je suis persuadé que les jeunes qui tiennent à nos traditions sont très nombreux” dit-il. Marouane, 18 ans, tient également à toutes les traditions même celles qui paraissent futiles. “Que vaut un peuple sans le passé et sans l’histoire? Ce qui fait de nous des Tunisiens, c’est justement ces coutumes et ces habitudes que nous tenons de nos aïeux. Et je tiens absolument à préserver cette identité et à la transmettre à mes futurs enfants. D’ailleurs, c’est une grave erreur que de rompre avec les traditions dans la mesure où cela nous effrite et nous rend sans une identité fixe”, dit-il. Khaled, tient à préserver les traditions et les coutumes tunisiennes, non pas par obligation, mais par amour. “Celui qui aime la Tunisie, aime son histoire et son passé. Tout est bon à préserver, je tiens absolument à ce que nos us et coutumes soient transmises aux générations futures. Ce n’est pas à contre cœur que je ferai cela, j’aime nos traditions, cela me rend nostalgique et dégage un parfum typiquement tunisien”, dit-il. Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com