Présidentielle égyptienne : La guerre du croissant a commencé





Le Quotidien-Agences La première bataille de la campagne présidentielle égyptienne porte sur un symbole, plusieurs candidats, y compris le président Hosni Moubarak, voulant se présenter sous le signe du croissant de l’Islam. Les candidats à ce premier scrutin pluraliste et au suffrage universel, le 7 septembre, doivent opter pour un symbole figurant sur leur bulletin de vote proposé aux 34,5 millions d’électeurs, dont la moitié sont illettrés. Or, un seul candidat à cette élection historique pourra faire sien le croissant de lune le plus puissant symbole dont peut rêver un prétendant à la charge suprême. Clamant avoir été le premier à faire acte de candidature, vendredi, auprès de centre d’enregistrement, l’avocat Aymen Nour, considéré comme le principal rival du président Moubarak, a annoncé qu’il avait retenu le croissant. Le parti national démocratique (PND) du président Moubarak a aussitôt répliqué que le croissant revenait bien au raïs, son avocat ayant déposé sa candidature avant Nour, ce qui est contesté par des photographes sur place. Le croissant et, secondairement, le chameau avaient été utilisés par le PND lors de précédentes élections législatives. Moins pressés d’aller se faire enregistrer, mais tout aussi déterminés, trois autres candidats de petits partis ou indépendants ont aussi opté pour le croissant: Osama Chaltout, Sabri Abdelaziz et Wahid Al Ouksouri.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com