Isabelle Boulay : Voix chaude venue du froid





A l’occasion de son concert au Festival international de Carthage, Isabelle Boulay a donné une conférence de presse où elle a parlé de son itinéraire artistique et de sa vie personnelle. Ses fans baigneront ce soir dans le folk et le country…, avec un petit accent québécois. Arrivée le vendredi après-midi à l’aéroport Tunis-Carthage en provenance d'Ajaccio dans l’Ile de beauté (Corse) où elle avait donné un concert la veille devant 3000 spectateurs, la chanteuse québécoise Isabelle Boulay a rejoint directement l’hôtel Africa où elle s’est pliée au rituel de la conférence de presse. Elle était vêtue d’un pantalon noir et d’une veste courte en satin gris, les cheveux roux teints de henné, elle a serré la main à tous les confrères et consœurs présents, avant de se soumettre au jeu des questions-réponses. “Chez nous au Québec, nous vouons un culte à la voix. Nous avons d’ailleurs toujours eu de très belles voix. Je ne sais pas si cela a un lien avec notre climat assez particulier”, dit Isabelle Boulay. En évoquant ensuite les voix qui la fascinent personnellement, elle cite Edith Piaf —“mon idole”, dit-elle— Charles Aznavour, Serge Reggiani, Serge Lama, Nana Mouskouri, Mireille Mathieu et Vanessa Paradis. Elle a parlé aussi de sa rencontre avec Patrick Bruel. “Depuis l’âge de 16-17 ans, je lisais tout ce qui me tombait sous la main sur lui et j’écoutais ses disques. Quand je suis arrivée à Paris pour travailler dans Starmania de Luc Plamondon, entre 1995-1998, je l’ai croisé à maintes reprises. Nous avons fait ensuite connaissance et créé des chansons ensemble, notamment “En t’attendant”, une chanson qu’il a écrit avec sa compagne Amanda Sthers pour moi”, raconte la belle québécoise. Son autre idole c’est, bien sûr le “Vieux routier” Johnny Hallyday, avec qui elle a eu le privilège de chanter en duo. “Il est grandiose. Il donne beaucoup dans tout ce qu’il fait. Avec lui, on est sûr de vibrer de tout son être”, dit-elle. Isabelle Boulay qui avoue une certaine fascination pour les chanteurs arabes, espère avoir l’occasion un jour de chanter dans notre langue ou bien d’interpréter une chanson écrite par un compositeur arabe. Elle a cité notamment Rachid Taha et Faudel dont elle apprécie les chansons. “J’aime le regarder chanter, c’est comme mon petit frère et j’ai beaucoup d’affection pour lui”, dit-elle tendrement. Pourquoi pas aussi chanter un jour avec un Tunisien? Inchallah. Pour le moment, ses auteurs et compositeurs fétiches sont Daniel Seff et Zachary Richard. Quid de son premier contact avec la Tunisie? Isabelle Boulay a déjà visité le Maroc où elle a tourné un clip. La Tunisie sera à partir de ce soir le premier pays africain et arabe où elle aura donné un concert. “Lors de mon arrivée dans votre pays tout à l’heure, j’ai été frappée par l’intensité de la lumière. J’ai senti aussi une certaine poésie. Lorsque je suis dépaysée, je chante mieux. J’aime aller vers des gens nouveaux”, dit la chanteuse. Née à Sainte Félicité en Gaspésie (Québec), face à la mer, Isabelle Boulay a donc retrouvé en Tunisie cet élément essentiel à son inspiration et à son bien être. Elle réside d’ailleurs à l’hôtel Résidence à Gammarth dans une chambre avec terrasse sur la baie de Tunis. Vous avez parlé de poésie! Après la conférence de presse, la chanteuse a eu juste le temps de faire un saut à son hôtel et de rejoindre la résidence de l’ambassadeur du Canada et madame Françoise Licani à Gammarth qui a offert une réception en son honneur en présence de quelques amis et figures de la scène artistique tunisienne. Elle était visiblement heureuse d’être parmi nous. Notre pays lui plaît. Elle promet d’y revenir à la première occasion. Mais elle sera accompagnée de son fiancé. En attendant, elle espère donner le meilleur d’elle-même, ce soir devant le public du théâtre punique de Carthage. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com