«Kingdom of Heaven» : Guerres d’hier et… d’aujourd’hui





«Kingdom of Heaven», le dernier film de Ridley Scott a déclenché une grande polémique dans la mesure où il a contré la politique de la Maison Blanche. Et comment! «Kingdom of Heaven» ou «Le Royaume des cieux», un film qui a bouleversé Hollywood lors de sa sortie et a suscité autant d’admiration que d’indignation car il s’est attaqué directement aux idées véhiculées par les faucons américains. C’est dans la troisième croisade que s’inscrit ce film événement de Ridley Scott; une période qui a été marquée par une grande entente entre le guerrier et le roi Saladin et le roi chrétien de Jérusalem Baudouin IV. Dans ce contexte historique général, le réalisateur du «Gladiator» et maintenant de «Kingdom of Heaven» a présenté son héros Balian joué par le comédien Orlando Bloom. C’est la rencontre entre deux hommes de talent; ayant collaboré ensemble dans le film «La chute du faucon noir», Ridley Scott et Orlande Bloom ont choisi de renouer les liens dans «Kingdom of Heaven». Campant le rôle de Balian, Orlando Bloom est l’un des personnages principaux de ce «Royaume des cieux»; jeune forgeron français «excommunié pour avoir trucidé un prêtre intégriste, adoubé chevalier par le sieur Godefroy d’Ibelin dont il était le fils illégitime», Balian, après sa désignation comme dauphin du roi chrétien de Jérusalem Baudouin a choisi de défendre la paix et le dialogue entre les religions. Partant à Jérusalem, Balian fait la rencontre de l’ensorceleuse Sibyelle (Eva Green)… Via son «Kingdom of Heaven», Ridley Scott, le réalisateur et William Monohan, le scénariste présente une nouvelle lecture de ces guerres mettant l’accent sur la noblesse et le comportement civilisé des Musulmans. Pour atteindre cet objectif, Ridley Scott a fait appel à une brochette de vedettes dont on cite Orlando Bloom, Eva Green, Liam Neeson, Jeremy Irons, Edward Norton, Jon Finch... et le comédien syrien Ghassan Messaoud qui campe le rôle de Saladin. Encore une fois, Hollywood ouvre ses portails devant un comédien arabe pour un rôle aussi important que le film comporte des scènes de guerre entre l’armée de Saladin et l’armée chrétienne. Dans cette lecture, Ridely Scott a esquissé toute l’ambiance de cette guerre portant des détails et des nuances qui soulignent la responsabilité de chaque partie. Il faut dire que dans «Kingdom of Heaven», le réalisateur américain a endossé, clair et net, la responsabilité de cette guerre au Chef de l’armée chrétienne qui a choisi de rompre le pacte de tolérance entre Chrétiens et Musulmans et de faire la guerre. Cette réalité historique que Scott a présenté tout en faisant une comparaison entre les deux mondes, deux mentalités, deux modes de vie… a été à l’origine de la polémique qui a pris d’autres ampleurs vu que le film a été axé sur le dialogue entre le monde chrétien et le monde musulman. Sorti en France en mai dernier, le film a été applaudi pour ses costumes et décors recherchés mais qui présentent bel et bien cette période historique, pour la haute qualité d’images et la bonne prestation des comédiens et même pour la sincérité et l’audace de son réalisateur et son scénariste. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com