Bande de Gaza: Le Fatah dame le pion au Hamas





Le Fatah, parti au pouvoir de l'Autorité palestinienne, a commencé à former "une armée populaire" chargée d'aider les forces de sécurité à faire régner l'ordre dans la Bande de Gaza après le retrait israélien. Le Quotidien - Agences La création d’une "armée populaire", composée de volontaires, a été ordonnée par le chef du Fatah, Farouk Kaddoumi, basé à Tunis, a indiqué un de ses porte-parole dans la bande de Gaza, Souleimane Al-Farra. "Nous avons décidé de créer une armée populaire pour aider l'Autorité palestinienne de prendre les choses en main après le retrait des forces israéliennes de la bande de Gaza", prévu la mi-août, a déclaré Farra. Quelque 250 volontaires formant le "noyau" de cette armée ont effectué mardi des exercices physiques dans un terrain de football à Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza. "L'entraînement a commencé lundi et il est assuré par des officiers de la Sûreté nationale et de la police palestinienne", a ajouté M. Farra. "L'armée populaire doit compter 1.500 volontaires dans toute la bande de Gaza", a-t-il poursuivi. Selon Farra, l'armée populaire doit être composée essentiellement de volontaires du Fatah mais sera aussi ouverte aux membres des autres groupes palestiniens qui souhaiteraient s'y joindre. La création de cette "armée populaire" par le Fatah traduit la volonté du mouvement de se renforcer face au groupe radical Hamas, très puissant dans la bande de Gaza, en vue du retrait israélien. Un des principaux chefs du Hamas, Mahmoud Zahar, avait affirmé début juillet que son mouvement "ne permettra à personne de le désarmer" après le retrait israélien de la bande de Gaza. Zahar avait averti que son mouvement n'hésiterait pas à se servir de ses armes pour riposter depuis la bande de Gaza à d'éventuelles attaques israéliennes en Cisjordanie. Le Hamas a violemment critiqué l'Autorité palestinienne pour avoir refusé de l'impliquer dans les préparatifs du retrait israélien de la bande de Gaza. Le Hamas a rejeté une offre de l'Autorité palestinienne de participer à un cabinet d'union nationale en vue du retrait israélien, exigeant la création d'une structure de direction regroupant des représentants de tous les mouvements palestiniens. Deux jeunes palestiniens ont été tués et une vingtaine d'autres blessés à la mi-juillet dans la bande de Gaza dans des heurts entre membres du Hamas et forces de sécurité palestiniennes. Les heurts avaient éclaté après que la direction palestinienne eut ordonné d'empêcher les activistes de tirer des roquettes sur des objectifs israéliens, l'une des roquettes ayant tué une Israélienne dans le sud d'Israel.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com