Gammarth : Nuit de débauche dans une «caisse»





Lorsque l’agent a tendu sa torche, il ne pensait pas tomber sur deux filles et deux garçons en pleins ébats dans un lieu aussi étroit... Tunis - Le Quotidien La nouvelle génération est bien partie pour rompre avec les anciennes tendances et les vieilles habitudes de leurs aînés connus pour leur timidité et leur caractère réservé. Un petit saut dans n’importe quelle boîte de nuit ou discothèque permettra de voir comment les jeunes d’aujourd’hui vivent leur époque. Le discours a changé comme d’ailleurs les habits, les looks et bien évidemment les préférences en tout genre. Finie, désormais, l’époque où romantisme et sensualité étaient de mise. Aujourd’hui, on passe directement à l’acte. On n’a pas de temps à perdre dans ces échanges de regards, de sourires et autres petits mots glissés dans le sac à main des jeunes filles. A vrai dire, lors d’une soirée, tout peut arriver. Ca bouge dans tous les sens. Les relations entre garçons et filles naissent et meurent le soir même. On ne vient pas dans ces endroits pour chercher l’âme sœur mais le corps “frère”. L’attirance physique est beaucoup plus importante que cet “affectif” relégué au deuxième plan par rapport au charnel qui est le seul soucis des jeunes d’aujourd’hui. Cette introduction nous renvoie directement à cette affaire survenue, il y a quelques jours, sur la route reliant l’une des banlieues les plus prisées, à savoir Gammarth, à la capitale. Il se faisait tard ... très tard même, lorsque ces quatre jeunes gens ont quitté une discothèque très côtée à Gammarth. D’ailleurs, on n’accepte pas n’importe qui ici. Les clients sont triés sur le volet. Il faut être branché et très branché même pour accéder à la boîte de nuit. Du coup, les amateurs des belles plastiques sont bien servis. Ils sont même gâtés. C’est qu’ici on exhibe ses charmes et même qu’on va très loin dans les choix des habits, des make up et autres accessoires à mettre le feu à n’importe quel homme ayant confiance dans ses moyens de séduction. Ca carbure à quatre cent à l’heure, d’autant qui on n’est pas obligé de s’engager. Les règles du jeu sont claires, une nuit, voire une soirée et bye bye. Donc, il était clair que les quatre jeunes gens ont fait connaissance tout juste ce soir-là. Après avoir dansé, bu et s’être éclatés, ils sont monté à bord d’une voiture qui s’est engagée sur la route desservant le centre-ville. A l’intérieur de l’habitacle, ils se sont organisés de manière à ce que les deux filles montent à l’arrière du véhicule; quant aux deux garçons, ils ont pris place sagement, puisque dès qu’ils ont quitté l’agglomération, ils se sont arrêtés sur le bas-côté. C’est que sur la banquette arrière de la voiture, les deux filles sont parties dans un spectacle digne d’une véritable séance de strip tease. Des attachements en tout genre au vu et au su des garçons admiratifs du reste de ces scènes très ... très érotiques. Apparemment, les deux filles tenaient à imiter les danseuses des grandes boîtes de nuit à Ibiza. Seulement, il fallait bien que ce manège cesse à un moment ou à un autre. Effectivement, les agents d’une patrouille mobile qui veillent sur la sécurité des gens, ont été attirés par la présence en pleine nuit de cette voiture garée sur le bas-côté. C’est alors qu’on est allé vérifier les raisons de ce stationnement interdit. Et voilà qu’en orientant sa torche vers l’intérieur du véhicule, l’agent est tombé sur le désolant spectacle. Bien évidemment, la loi a été appliquée à la lettre. Les quatre jeunes gens ont été verbalisés et inculpés d’atteinte à la pudeur commis sur la voie publique. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com