Blair nie obstinément tout lien entre l’Irak et les attentats





Le Premier ministre britannique Tony Blair a jugé hier devant la presse qu'il est «totalement révoltant» de justifier le «terrorisme», comme le fait Al-Qaïda, par la guerre en Irak. Le Quotidien - Agences Blair a reconnu que les «extrémistes» se servent de l'engagement de la Grande-Bretagne dans la guerre en Irak aux côtés des Etats-Unis pour faire de nouvelles recrues. Mais il a démonté les arguments des résistants, en réponse aux menaces proférées la veille par le numéro deux d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, contre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis s'ils ne se retirent pas d'Irak. "Ceux qui ont fait des déclarations hier sont aussi ceux qui sont d'accord pour tuer des innocents en Irak, des innocents en Afghanistan, et des innocents dans tous les pays démocratiques du monde", a déclaré Tony Blair. "Et c'est pourquoi, quand ils essaient de justifier leurs actions par l'Irak, l'Afghanistan ou le conflit palestinien, c'est totalement révoltant", a-t-il ajouté. * Nouvelles mesures Par ailleurs, il a promis hier de nouvelles mesures plus radicales pour lutter contre le terrorisme, estimant que "les règles du jeu ont changé" depuis les attentats de Londres, en juillet. Le Premier ministre a notamment annoncé que quiconque sera impliqué dans des activités terroristes se verra refuser le droit d'asile en Grande-Bretagne. Ces décisions font partie d'un train d'une dizaine de mesures, dont certaines seront adoptées d'ici à la fin du mois, et d'autres, nécessitant une modification législative, seront présentées au parlement à l'automne. Tony Blair a annoncé que son gouvernement envisage de modifier la loi sur les droits de l'homme, qui tient compte de la Convention européenne des droits de l'homme, afin de faciliter l'expulsion de ceux qui incitent au terrorisme.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com