Sous-marin russe : Compte à rebours dramatique





Le Quotidien-Agences Les craintes pour la vie de sept marins russes piégés depuis jeudi dans un bathyscaphe en panne au fond d'une baie du Kamtchatka, et en danger d'asphyxie, étaient de plus en plus vives hier, malgré l'arrivée de sauveteurs britanniques et américains. Un avion de transport de la Royal Air Force et deux appareils américains ont atterri hier à Petropavlovsk Kamtchatski, le port situé à 75 kilomètres du lieu de l'accident. Les hommes et les équipements qu'ils apportaient - dont des robots sous-marins téléguidés Scorpio 45 et Super Scorpio - devaient être chargés incessamment à bord de navires russes et acheminés vers la baie Berezovaïa, où le bathyscaphe AS-28 "Priz" est bloqué par 190 mètres de fond dans les câbles d'une antenne sous-marine. Cependant, leur transport et leur déploiement allaient prendre plusieurs heures, alors que des informations imprécises et contradictoires sur la quantité d'air dont disposaient les naufragés renforçaient les craintes pour leur vie. Selon les militaires russes, les Britanniques et les Américains ne devaient être opérationnels que vers 16H00 GMT. En attendant leur intervention éventuelle, la marine russe, qui avait suspendu les opérations de secours hier matin, a annoncé qu'elle allait faire une nouvelle tentative d'arracher du fond marin une ancre de 60 tonnes qui retient l'antenne d'un système de surveillance côtière devenue un piège pour le bathyscaphe. Le commandant en chef de la Flotte du Pacifique, l'amiral Viktor Fiodorov, a déclaré que, une fois l'ancre arrachée, on ferait remonter l'ensemble, l'antenne et le bathyscaphe, à proximité de la surface, pour permettre l'intervention de plongeurs. Auparavant, en annonçant la suspension de l'opération de sauvetage, les responsables de la marine russe ont implicitement reconnu que leurs efforts déployés depuis deux jours avaient été vains. Or, les réserves d'air de l'équipage devraient durer jusqu'à aujourd’hui midi heure locale (23H00 GMT samedi), selon les dernières déclarations de la marine russe. En outre, d'une part, les indications sur ces réserves ont varié largement depuis le début de l'opération, faisant naître des doutes sur leur exactitude, d'autre part l'épuisement des accumulateurs alimentant le système de régénération de l'air risquait d'affecter l'état des naufragés.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com