Ligue des Champions (Gr. B / 4ème J.) : Nouvelle désillusion pour les Sang et Or





E.S.T. - Zamalek (1 - 2) Rien ne va plus à l’Espérance. Après trois parités peu glorieuses, voilà que le club sang et sang chute à domicile face à son homologue cairote, laissant entrevoir des défaillances techniques, physiques et mentales. Pourtant rien ne présageait un scénario aussi cauchemardesque à l’entame du match. Le public des grands jours était là à encourager sans cesse ses favoris, les réfractaires des derniers matches étaient tous là et au fil du temps l’équipe prenait la juste mesure de son adversaire se créant plusieurs occasions de buts toutes gâchées par Zitouni (8’ et 17’), Dos Santos (36’) Olivier (44’) et Zaïem (34’). Mais il était évident aussi que la manœuvre manquait terriblement de fluidité. Au milieu, Belhaj était perdu entre les Egyptiens car Clayton et Yaken jouaient carrément en ailiers et ne revenaient presque jamais dans l’axe pour assurer la couverture nécessaire. Résultat : L’entre-jeu est devenu la propriété des Zamalkaouis, et les défenseurs sang et or étaient alors contraints de balancer le cuir vers les avants qui manquaient de soutien. Ainsi, le semblant de domination des Tunisiens n’était dû qu’à la volonté des joueurs de créer le danger par n’importe quel moye mais souvent d’une manière maladroite. Même le but inscrit par Olivier à la (54’) était le fruit d’un excellent travail individuel du Camerounais. Un but qui devait libérer les Sang et Or mais qui a, paradoxalement, fait du bien aux Egyptiens. Ces derniers ont profité du recul des Tunisiens (Udeh a remplacé Dos Santos) pour développer un football simple, rapide et efficace qui allait leur permettre de tromper par deux fois Tizié par l’intermédiaire de Hazem Imam (67’) et Junior (72’). Deux buts qui ont carrément mis KO les camarades de Chaâbani. Ces derniers, incapables de réagir, faute de ressources mentales et physiques, ont baissé pavillon, laissant le champ libre à leurs vis-à-vis quoiqu’il restait encore plus d’un quart d’heure à jouer. Le public qui était merveilleux jusque-là, a choisi ce moment pour manifester sa colère contre le président de la section football, oubliant son rôle de soutien aux joueurs dans cette période délicate. Au coup de sifflet final, les Sang et Or ont rejoint les vestiaires dans une ambiance «électrique». Il ne pouvait en être autrement après ce nouvel échec. Le président du club, M. Aziz Zouhir, n’a pas fait de déclaration mais, selon toute vraisemblance, il y aura du nouveau dans les heures ou les jours qui viennent. Formations * EST : Tizié, Yaken (Letifi 75’), Clayton, Chaâbani, Mathias, Nwaneri, Belhaj, Zaïem, Olivier, Zitouni, Dos Santos (Udhel 63’). * Zamalek : A. Essayed, Abdelghani, Abdelhadi, Mahmoud, Mootez, Abdelhamid (Imam 67’), Saïd, Ibrahim, Attia, Abdelhalim, Junior. Jamel BELHASSEN ___________________________ Leurs Impressions * Mrad Mahjoub: «Paradoxalement, c’est qu’on a pris l’avantage au score qu’on a perdu la bataille du milieu et qu’on a pêché par une couverture défaillante. L’Espérance qui est une grande équipe ne doit pas évoluer de la sorte. Le doute s’est installé et la manœuvre s'en est ressentie. Maintenant, je dois avouer que si je dois partir, je pars. Quant aux chances de qualification, j’y crois encore tant que mathématiquement le coup demeure jouable». * Moïne Chaâbani : «Je n’arrive pas à comprendre ce qui nous arrive. Pourtant nous avons bien préparé ce match. Nous avons tout prévu mais apparemment la vérité du terrain est toute autre. L’application n’a pas été parfaite. Les Egyptiens ont gagné la bataille du milieu du terrain et le jeu long est devenu la seule solution pour nous. Maintenant, il faut continuer à y croire. Il reste encore deux matches à jouer et à gagner. L’Espérance est habituée à la Ligue des champions et elle luttera jusqu’au bout. Il faut aussi que certains joueurs retrouvent la confiance en leurs moyens». * Frank Olivier : «Nous avons connu beaucoup de difficultés dans ce match. La manœuvre n’a pas été fluide et l’adversaire nous a posé beaucoup de problèmes. Il a aussi profité pleinement des erreurs de placement commises par mon équipe. Maintenant on doit mettre le paquet pour faire le plein lors des deux prochains matches». J.B. ___________________________ «Absence de complémentarité et de fluidité» «Je pense sincèrement que les problèmes de l’Espérance ont commencé au mois de juin quand l’entraîneur Mrad Mahjoub est arrivé tardivement, deux semaines seulement avant le premier match de Ligue des champions. Il n’a pas eu assez de temps pour mettre sur pied une équipe équilibrée et compétitive. Ensuite, je trouve que la qualité et le profil de certains joueurs ne répondent pas aux conceptions tactiques de l’entraîneur. Enfin, quand la complémentarité fait défaut, le jeu ne peut avoir la fluidité nécessaire et c’est ce qui a fait que l’équipe rate son match face au Zamalek. La suite sera certainement encore plus difficile même si le club sang et or arrive à se qualifier». JB.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com