Le pétrole toujours porté par les menaces en Arabie et les tensions en Iran





Le Quotidien - Agences Les prix du pétrole étaient fermes mardi après avoir battu de nouveaux records au-delà de 64 dollars à New York, portés par les craintes d'attentats en Arabie saoudite ou de sanctions internationales contre l'Iran, deux très importants producteurs. A New York, le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre s'effritait de 12 cents à 63,82 dollars lors des échanges électroniques vers 10H00 GMT, après avoir battu un nouveau record dans la nuit à 64,27 USD, son plus haut niveau depuis le début de cotation de ce pétrole en 1983. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord a franchi le seuil de 63 dollars pour la première fois, inscrivant un nouveau record à 63,06 USD tôt dans la matinée. "C'est l'addition des inquiétudes sur la sécurité en Arabie saoudite, des tensions autour du programme nucléaire iranien et de nouveaux problèmes dans des raffineries américaines", indique Simon Wardell, analyste au centre de recherche Global Insight. "Tous ces facteurs convergent pour pousser les prix aussi haut qu'ils le sont", ajoute-t-il. "Les risques géopolitiques sont nombreux et il n'y pas de mou dans le système permettant d'encaisser les perturbations", relève de son côté Tony Nunan, opérateur à la Mitsubishi Corp à Tokyo.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com