6 GI’s et une dizaine de policiers tués en Irak : Rumsfeld s’attend au «pire» et accuse l’Iran





Six soldats américains et une dizaine de membres des forces de sécurité irakiennes ont été tués ces dernières 48 heures en Irak où selon les aveux du secrétaire américains à la Défense, les forces de la coalition doivent s’attendre à une recrudescence de la résistance à l’approche des échéances électorales. Une résistance qui, selon ce dernier, trouve ses racines en Irak. Le Quotidien - Agences Quatre soldats appartenant à la Task Force Liberty de l'armée américaine ont été tués et six autres blessés dans l'attaque de leur patrouille par des résistants dans le nord de l'Irak, a annoncé le commandement américain, hier. Un cinquième soldat américain a été tué dans un attentat-suicide à la voiture piégée à Bagdad et un sixième à Ramadi. Les dix hommes de la Task Force Liberty étaient en patrouille quand ils ont subi une attaque de résistants hier à l’aube à Beiji, une ville située à 250 km au nord de Bagdad. Les blessés ont été transportés vers un centre médical de la coalition. Hier, un kamikaze à bord d'une voiture piégée a frappé un convoi militaire américain qui attendait à un carrefour de Bagdad, tuant sept personnes dont un soldat américain et blessant plus de 90 autres personnes. Lundi, un soldat appartenant à la 2e Division de Marines avait été tué par un tir d'armes légères à Ramadi, un fief de résistance situé à 115km à l'ouest de Bagdad, a précisé le commandement américain. Les attaques de la Résistance ont encore tué 14 Irakiens pour la plupart des membres des forces de sécurité, à Bagdad et dans le nord de la capitale. Six personnes ont été tuées et seize blessées dont deux policiers dans une attaque suicide à la voiture piégée à Bagdad en début d’après-midi. * Rumsfeld prévoit le pire Auparavant, huit Irakiens, en majorité des membres des forces de l’ordre ont été tués et au moins sept blessés dans des attaques survenues au nord de la capitale. A Kechifa, deux soldats irakiens et deux civils ont péri lors de l’explosion d’une bombe artisanale au passage d’une patrouille conjointe des forces américano-irakiennes. A Beiji, deux gardes chargés de la sécurité des oléoducs ont été tués par des tirs d’inconnus. Un policier a également été victime de tirs d’inconnus à Kirkouk. A Balad, quatre résistants ont été tués lors d’affrontements avec les forces américaines, selon la police. A Bagdad, un policier irakien a été tué et sept personnes ont été blessées dans la chute d’un obus de mortier. Face à la recrudescence des attaques, le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld a affirmé avant-hier que des armes venant, "sans aucune ambiguïté", d'Iran ont été trouvées en Irak. "Des armes venant sans aucune ambiguïté d'Iran ont été trouvées en Irak", a déclaré Rumsfeld lors d'un conférence de presse, sans mettre en cause directement les autorités iraniennes. Donald Rumsfeld a affirmé s'attendre à une augmentation de la violence en Irak dans les mois à venir à l'approche des échéances électorales. Un référendum sur la Constitution est prévu le 15 octobre et des élections générales à la mi-décembre. A ce propos, les acteurs politiques irakiens se sont retrouvés au grand complet hier, après l'arrivée à Bagdad du puissant chef kurde Massoud Barzani, pour trouver un compromis sur la Constitution. Les principaux leaders politiques s'étaient déjà réunis une première fois dimanche pour préparer l'ordre du jour, sur lequel figurent surtout la question du fédéralisme et du rôle de l'islam. Ils avaient alors décidé de se réunir quotidiennement pour aplanir les divergences. La Loi fondamentale (Constitution provisoire) stipule que le projet de Constitution soit remis au Parlement et adopté à la mi-août, avant la tenue d'un référendum à la mi-octobre. ________________________ Arrestation de deux Egyptiens Les autorités irakiennes ont informé le ministère égyptien des Affaires étrangères que deux Egyptiens, soupçonnés d’être liés à la Résistance, avaient été récemment arrêtés en Irak, a déclaré hier une source de ce ministère. Les autorités irakiennes ont précisé que l’un des Egyptiens avait été arrêté alors qu’il était en train d’attaquer les forces multinationales, dirigées par les Etats-Unis. Un autre, marié avec une Irakienne, a été arrêté parce qu’il coopérait avec des groupes armés.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com