Rencontre entre Bouteflika, Moubarak et Kadhafi : Le Sommet arabe renvoyé aux calendes grecques





Les présidents égyptien et algérien et le dirigeant libyen, réunis hier pour un sommet impromptu à Syrte, ne sont pas parvenus à un accord sur la date d'un Sommet arabe extraordinaire réclamé par l'Egypte pour examiner le dossier du terrorisme. Le Quotidien-Agences "La date du Sommet extraordinaire sera fixée après le mois de septembre", a déclaré le président égyptien Hosni Moubarak aux journalistes, à l'issue de la rencontre avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika et le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, qui s'est tenue sous une tente dressée dans le désert près d'un lac artificiel. L'Egypte doit organiser le 7 septembre une élection présidentielle à laquelle le Président Moubarak est candidat pour briguer un 5ème mandat consécutif de six ans. L'Algérie doit tenir pour sa part le 29 septembre, un referendum sur la "réconciliation nationale". En marge du sommet tripartie, dont l'initiative est revenue à la Libye, le colonel Kadhafi a eu des entretiens bilatéraux avec chacun de ses deux invités, a-t-on indiqué de source libyenne. "Il n'y a pas de divergences entre l'Algérie et l'Egypte. Nous tiendrons deux sommets dans l'année. J'ai discuté avec le Président Bouteflika en sa qualité de président en exercice du sommet arabe", a ajouté le chef de l'Etat Egyptien. Le dernier sommet arabe s'est déroulé en mars à Alger, sous la présidence algérienne. Un source officielle libyenne a indiqué en revanche qu'au cours du Sommet, Tripoli "a effectué avec succès une médiation entre l'Algérie et l'Egypte, dont les relations traversaient une grave crise". Peu auparavant, le porte-parole de la présidence égyptienne Souleimane Awwad avait indiqué que le sommet de Syrte devait "préparer la tenue d'un sommet arabe extraordinaire". "Tout le monde convient qu'il existe des sujets dont l'examen ne peut attendre la tenue d'un sommet arabe ordinaire en mars", avait-il dit à la presse. L'Egypte avait appelé à la tenue d'un sommet arabe extraordinaire sur le terrorisme à Charm El-Cheikh, le 3 août, à la suite des attentats meurtriers qui avaient frappé le 23 juillet la station balnéaire égyptienne de la mer Rouge, après un hôtel international à Taba, le 7 octobre, et la zone touristique d'Al Azhar en avril. Elle voulait pousser les membres de l'organisation à prendre à chaud des positions tranchées sur la question cruciale de la prolifération de groupes terroristes dans la région arabe, selon les analystes égyptiens. Mais la réunion avait été reportée sine die après le décès du roi Fahd d'Arabie saoudite et aucune nouvelle date n'a pu être fixée pour une nouvelle réunion. Le Caire appelle en vain depuis des années à un sommet international sur le terrorisme. L'Algérie, président en exercice de la Ligue arabe, estime qu'il lui revenait de prendre l'initiative de la convocation d'un sommet extraordinaire et non pas à l'Egypte.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com