Iran : Un ultra chargé du nucléaire





Le Quotidien-Agences Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a nommé hier l'ultra-conservateur Ali Larijani au poste stratégique de secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, où il devrait reprendre en charge le dossier nucléaire en pleine crispation internationale. La nomination d'Ali Larijani, 48 ans, confirme la radicalisation conservatrice annoncée avec la présentation du gouvernement avant-hier et, si la tâche nucléaire lui est effectivement confiée, le durcissement de ton de la République islamique sur ce sujet. La charge du nucléaire n'est pas inhérente à la fonction de secrétaire du Conseil. Le prédécesseur d'Ali Larijani, Hassan Rohani, avait reçu la responsabilité nucléaire en 2003 quand les Iraniens avaient commencé à négocier avec les Européens, alors qu'il était au Conseil depuis plus de dix ans. Tout indique cependant que Larijani reprendra le nucléaire à Rohani, au moment où la République islamique défie l'Union européenne et les Etats-Unis, qui s'inquiètent que le programme atomique civil iranien ne dérive vers la fabrication de la bombe atomique. Les Occidentaux envisagent avec inquiétude le départ de Rohani qui, malgré des hauts et bas, a maintenu le dialogue avec les Européens pendant près de deux ans. Le départ de ce pragmatique réputé proche de l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, qui prône le dialogue avec les Occidentaux, passait pour acquis après la victoire de Ahmadinejad à la présidentielle, contre Rafsandjani précisément. Larijani a résumé la position des ultra-conservateurs iraniens sur la question capitale de l'enrichissement d'uranium par une formule qui a fait florès: renoncer à l'enrichissement pour profiter d'une coopération nucléaire, commerciale et politique offerte par les Européens, c'est échanger "une perle contre un bonbon".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com