Accident d’un avion colombien au Venezuela : 153 Français, tous tués





• Chirac exprime sa “très vive émotion” Les 153 passagers, tous Français, et les huit membres d'équipage d'un avion d'une compagnie colombienne, ont péri hier dans un accident survenu dans une zone montagneuse proche de la frontière entre la Colombie et le Venezuela, à la suite de problèmes mécaniques. Le Quotidien-Agences L'appareil, un biréacteur McDonnell Douglas de type MD-82, de la compagnie colombienne West Caribbean, spécialisée dans les vols vers les Caraïbes, effectuait une liaison entre le Panama et l'île de La Martinique (département français des Antilles) et s'était dérouté vers le Venezuela à la suite d'une panne de réacteur. L'appareil s'est écrasé à très grande vitesse dans la Sierra de Perija (ouest) entre 03H30 locales (07H30 GMT) et 03H45. Le directeur de l'aéronautique civile colombienne, le colonel Carlos Montealegre, a indiqué depuis Bogota que selon les pompiers qui se sont rendus sur place, "il n'y a pas de survivants" parmi les 153 passagers dont un enfant et les huit membres d'équipage colombiens. Les victimes sont "essentiellement" des Français de l'île de la Martinique, a indiqué un porte-parole de l'aviation civile, à l'aéroport de Fort de France (Martinique), confirmant des informations données par les autorités vénézuéliennes. A Paris, le ministère des Affaires étrangères a annoncé la mise sur pied d'une cellule de crise. Le président français Jacques Chirac a exprimé hier sa "très vive émotion" après "l'épouvantable catastrophe aérienne qui s'est produite au Venezuela et dont ont été victimes un très grand nombre de Français". Selon l'aéronautique colombienne, le commandant de bord du MD-82, a lancé un signal de détresse vers 07H00 GMT. * Signal de détresse "Le pilote a demandé l'autorisation de pénétrer dans l'espace aérien vénézuélien pour un atterrissage à l'aéroport de Maracaibo car il avait un problème avec un moteur", a indiqué le ministre vénézuélien de l'Intérieur Jesse Chacon. "Peu après, il a indiqué qu'il avait aussi une panne sur l'autre moteur et à partir de ce moment-là, l'avion a commencé à chuter à raison de 7.000 pieds par minute (environ 2.000 mètres par minute) avant de s'écraser", a indiqué Chacon, à l'antenne de la télévision nationale. Des équipes de secours de la protection civile vénézuélienne et des hélicoptères de la force aérienne vénézuélienne ont été immédiatement envoyées sur les lieux de l'accident. Selon la chaîne de télévision Globovision qui citait le directeur vénézuélien de la protection civile, Antonio Rivero, les autorités ont reçu un appel à l'aube signalant une explosion près de Machique, à 10 kms de la Sierra de Perija. Des habitants ont affirmé à cette chaîne avoir vu une explosion dans les montagnes, zone actuellement très couverte et où il pleut. Un groupe de secouristes colombiens est parti ce matin de la région de Valledupar en direction du village de Machique, près duquel l'avion s'est écrasé, a indiqué le directeur de la protection civile local Alberto Nieves. Nieves a précisé que l'accès à la zone est difficile depuis le Venezuela, ce qui explique l'utilisation de sauveteurs venant de Valledupar. "Depuis Valledupar, nous sommes à quatre heures par route du lieu de l'accident où nous espérons arriver avant midi ce mardi (17H00 GMT)", a indiqué M. Nieves. _________________________________ La Grèce en deuil Le Quotidien-Agences La Grèce était en deuil hier en mémoire des 121 personnes tuées dimanche dans l’accident d’un Boeing 737 chypriote, le plus grave de l’histoire du pays. Le gouvernement avait décidé dès dimanche d’un jour de deuil national alors qu’une cérémonie a été organisée sur les lieux de l’accident, au nord-est d’Athènes, en présence de proches des victimes. Contredisant les premières hypothèses sur des décès par asphyxie, les derniers éléments de l’enquête, selon lesquels au moins 25 personnes à bord étaient vivantes lors de la chute, confirment l’horreur de la tragédie vécue par les passagers. Les 25 premières victimes autopsiées depuis lundi soir, dont le copilote, “étaient toutes vivantes au moment du crash”, a indiqué hier le responsable de l’équipe des médecins légistes, Philippos Koutsaftis. “Cela n’exclut aucune thèse” sur les circonstances de l’accident, alors que l’enquête s’est concentrée sur des problèmes d’alimentation en air susceptibles d’avoir asphyxié les pilotes, et cela, notamment, “ne signifie pas qu’ils n’étaient pas évanouis, mais ils étaient vivants”, a-t-il indiqué.. Plus tôt, une source haut placée du ministère de la Défense avait affirmé qu’une hôtesse avait été retrouvée “dans le cockpit”. Selon toutes vraisemblance, l’hôtesse serait l’une des deux personnes que les pilotes de deux F-16 envoyés à la rencontre de l’appareil avaient aperçu juste avant le crash en train d’essayer d’en prendre le contrôle.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com