Moubarak critique Assad, avertit contre une frappe sur l’Iran





Le Quotidien-Agences Dans une interview parue hier dans le journal gouvernemental Akhbar al-Yom le président égyptien Hosni Moubarak a critiqué implicitement Bachar al-Assad et a averti contre les dangers d'une frappe sur l'Iran. Le président égyptien Hosni Moubarak a implicitement critiqué hier son homologue syrien Bachar al-Assad et mis en garde contre toute intervention dans les affaires intérieures libanaises. "L'étape actuelle ne supporte pas les surenchères gratuites et tous les efforts doivent être déployés pour resserrer les rangs arabes", a déclaré Moubarak, cité hier par le journal gouvernemental Akhbar al-Yom. Le président égyptien se référait indirectement aux propos de Assad qui avait critiqué mardi, sans les nommer, les dirigeants des pays arabes qui avaient critiqué l'enlèvement, le 12 juillet, de deux soldats israéliens par le Hezbollah, une opération qui a déclenché la guerre au Liban. Moubarak a mis en garde contre "toute tentative d'intervention dans les affaires intérieures au Liban". Le chef de l'Etat égyptien a appelé les parties libanaises à "éviter tout ce qui pourrait provoquer des dissenssions au Liban", jugeant que "l'unité des Libanais est une nécessité primordiale au cours de la prochaine étape". * Avertissement Moubarak a, par ailleurs averti qu’"une frappe contre l'Iran signifierait la fin de la stabilité au Proche-Orient et dans le monde", dans des déclarations publiées hier par le journal gouvernemental Akhbar al-Yom. Interrogé sur les accusations portées contre l'Iran et rejetant sur ce pays la responsabilité de l'instabilité dans la région, Moubarak a appelé à "résoudre le conflit qui oppose l'Iran aux Etats-Unis par les moyens diplomatiques et le dialogue direct car une frappe contre l'Iran signifierait la fin de la stabilité au Proche-Orient et dans le monde". Moubarak a affirmé que "l'Iran est un pays important dans la région et les relations entre les pays sont gérées par des traités et des conventions qui interdisent l'intervention de tout pays dans les affaires intérieures d'un autre pays".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com