M. Moncef Koôli, PDG d’ «Essoukna» au «Quotidien» : «Voilà pourquoi l’habitat coûte cher»





En marge de la conférence de presse organisée à l’occasion de l’introduction d’Essoukna en Bourse, Le Quotidien a rencontré M. Moncef Koôli, PDG de la Société qui nous a parlé des raisons et des objectifs recherchés à travers cette opération, ainsi que des prix excessifs de l’habitat en Tunisie. Le Quotidien: Quelle sont les raisons à l’origine de cette ouverture du capital de la société en Bourse? M. Moncef Koôli: A l’instar de plusieurs entreprises du secteur, nous avons toujours recouru à l’endettement bancaire, comme moyen de financement de nos différents projets. Aujourd’hui, nous cherchons, de plus en plus, à diversifier nos sources de financement, et c’est pour cette raison que nous avons opté pour l’introduction en Bourse. Quels sont, donc, les autres objectifs visés à travers cette initiative et quelles perspectives de la société après son introduction en Bourse? Nous cherchons à asseoir la notoriété de la société et devenir un acteur majeur de l’immobilier en Tunisie. Nous cherchons, également, à rassurer notre clientèle et nos bailleurs de fonds quant à la bonne santé de la société, ainsi que de fidéliser notre personnel. L’introduction en Bourse nous permettra d’accéder au marché financier. Par ailleurs, nous voulons renforcer, à travers cette introduction en Bourse, la culture de transparence qui existe déjà chez la société Essoukna. Comment jugez-vous la situation et les perspectives du développement du secteur de la promotion immobilière en Tunisie? Aujourd’hui, le secteur immobilier enregistre une concurrence accrue entre les différents promoteurs, mais je crois toujours qu’il y a encore une marge de développement importante dans cette activité là. A vrai dire, je crois qu’il reste encore beaucoup de travail à faire dans ce domaine à long terme, d’autant plus que la population tunisienne est en majorité jeune, et que le nombre des mariages devrait se multiplier dans les prochaines années. Si nous avons bien compris, le secteur de l’immobilier a, actuellement, le vent en poupe. En revanche, le prix de l’habitat devient de plus en plus cher pour ne pas dire prohibitif sur la base d’un rapport qualité/prix. Pourquoi? C’est vrai. Le problème du secteur aujourd'hui, c’est que les prix augmentent à un rythme très rapide alors que les revenus ne suivent pas. Cette montée des prix est due généralement aux coûts assez élevés des matériaux de construction, ainsi que l’augmentation des prix des terrains qui deviennent de plus en plus rares. Même si le prix du terrain est de plus en plus cher, cela n’explique pas cette tendance. Que faut-il faire pour offrir un logement à des tarifs plus raisonnables? Je crois qu’il faut, d’abord, que le citoyen lui-même soit plus conscient de ses besoins. A vrai dire, quant on a une petite famille, on n’est pas obligé d’acheter un grand appartement de standing. On peut, se contenter d’un appartement, et puis on peut le rendre et acheter un autre plus grand en fonction de l’élargissement de la famille. Ne croyez-vous pas que les promoteurs immobiliers sont appelés eux-mêmes à faire plus d’effort pour faire baisser le prix de l’habitat? Il est évident que les sociétés immobilières peuvent aussi faire encore plus d’effort en compressant les coûts de construction avec bien sûr l’assistance des pouvoirs publics. Dans certains pays, on a opté pour l’exonération de la TVA, pourquoi pas en Tunisie, d’autant plus que les prix des matériaux de construction ne cessent d’augmenter. Propos recueillis par Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com