Accusé d’harcèlement sexuel : Katzav risque 20 ans de prison





Le Quotidien-Agences Le président israélien, Moshé Katzav, a été interrogé hier par la police pour le deuxième jour consécutif dans une affaire de harcèlement sexuel qui pourrait lui coûter son poste. Quatre enquêteurs spéciaux de la police sont venus l'interroger à sa résidence officielle à Jérusalem, où il avait déjà répondu la veille pendant cinq heures au feu-croisé de leurs questions. L'interrogatoire de Katzav, 61 ans, a duré toute la journée. Il a été averti que ses propos pourraient, le cas échéant, être utilisés contre lui, a-t-on précisé de source policière. Les soupçons pesant sur lui ont été qualifiés de "graves" par les enquêteurs, a indiqué la radio publique. Selon les médias israéliens, il aurait abusé de son autorité et contraint deux employées de la présidence à entretenir des relations sexuelles avec lui, les menaçant de les licencier si elles repoussaient ses avances. "Vous êtes soupçonné de viol, et cela est punissable de 20 ans de prison", a affirmé à Katsav un enquêteur, cité par Yédiot Aharonot. Le journal précise aussi qu'une bonne trentaine de collaborateurs de Katsav ont été interrogés par la police. Une source de l'entourage de Katzav citée par le journal Haaretz a affirmé que l'atmosphère à la présidence de l'Etat "évoque une dépression clinique", l'activité y ayant été réduite au minimum depuis un mois. "La grande question est de savoir s'il (Katzav) va continuer à être invité à des évènements majeurs. Si sa présence est requise uniquement pour des raisons protocolaires, il comprendra qu'il est fini", a ajouté cette source. Interrogée à la radio publique israélienne, la présidente de la commission parlementaire de la Chambre, Rouhama Avraham, a appelé Katzav "à démissionner et à partir jusqu'à la fin de l'enquête, afin de préserver la dignité de la présidence de l'Etat". Le président est également soupçonné d'avoir privilégié des demandes de grâce présentées par des prisonniers liés à ses amis politiques.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com