Selon le 47ème rapport annuel de la BCT : Croissance satisfaisante de l’économie nationale en 2005





Le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, M. Taoufik Baccar, vient de présenter au Président de la République le 47ème rapport annuel de la BCT relatif à l’exercice 2005. M. Taoufik Baccar précise dans la lettre introductive de ce rapport, que dans la conjoncture économique internationale, l’économie tunisienne a pu poursuivre sa croissance en 2005 à un rythme satisfaisant et améliorer ses fondamentaux, et ce, grâce aux réformes entreprises et à sa plus grande capacité d’adaptation à la nouvelle donne. Selon ce rapport, le PIB exprimé en termes constants s’est accru de 4,2%, en dépit du repli de la production du secteur de l’agriculture et de la pêche de 5%. Le taux d’investissement est resté stable au niveau de 22% alors que l’investissement direct étranger s’est inscrit en nette progression en 2005, s’élevant à plus d’un milliard de dinars. Sur le plan des échanges commerciaux, les importations et les exportations de marchandises ont poursuivi leur tendance à la hausse entraînant une amélioration significative du taux de couverture porté à près de 80%. La contraction de plus de 10% du déficit commercial, conjuguée à des recettes accrues au titre notamment du tourisme a permis de ramener le déficit courant à son plus bas niveau depuis 17 ans, soit 1,1% du PIB. Le rapport annuel la BCT note par ailleurs que la conduite d’une politique monétaire adéquate a contribué à contenir le taux d’inflation à 2% en dépit des pressions induites par la hausse des prix du pétrole. Le déficit budgétaire s’est établi pour sa part à 2,6% du PIB avec une pression fiscale pratiquement stable à 21,3%. Selon le même rapport, il apparaît que l’année 2005 a été marquée par une bonne maîtrise des équilibres macroéconomiques, fruit de la conduite de politiques budgétaire, monétaire et de change harmonieuses. Elle a été également caractérisée par un rythme de croissance satisfaisant, quoiqu’en deçà des objectifs tracés, ce qui a permis l’amélioration du revenu par habitant porté à près de 3,750 dinars. Toutefois, et compte tenu de la part importante de la consommation dans le PIB, la poursuite d’un tel rythme à l’avenir requiert le renforcement de la contribution du secteur extérieur et l’investissement privé. Le rapport mentionne que la conjoncture des efforts de tous est également requise en vue de rationaliser la consommation. Le rapport de la Banque centrale revient par ailleurs sur les principaux événements qu’a connu la Tunisie en 2005, et en particulier la tenue en novembre du sommet Mondial sur la Société de l’Information, et ses retombées sur l’économie nationale. Le rapport rappelle, entre autres, les différents efforts déployés dans le cadre de la réalisation des réformes financières, ainsi que la maîtrise de l'énergie et l’accélération de la croissance de l’investissement privé et l’absorption de la demande additionnelle d’emploi. M.Z. _________________________________ Le rapport par les chiffres • Le Produit Intérieur Brut (PIB) s’est accru de 4,2% en 2005, en dépit du repli de la production du secteur de l’agriculture et de la pêche de 5%. • L'investissement direct étranger (IDE) s’est élevé à plus de 1 milliard de dinars. • La Banque de Financement des PME (BFPME) a approuvé depuis sa création plus de 130 projets dont près de 20% concernent le secteur des nouvelles technologies. Son intervention a porté sur un montant de près de 38 millions de dinars. • La part des crédits non-performants dans l’ensemble des crédits a été ramenée de 23,6% à 20,9% en 2005. • Le ratio de solvabilité des banques commerciales s’est amélioré pour atteindre 12,4%.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com