Damas confirme : La Finul à la frontière avec le Liban «inacceptable»





Le Quotidien-Agences Le déploiement de la future Finul élargie à la frontière entre le Liban et la Syrie est "absolument inacceptable", a affirmé le ministre syrien de l'information Muhsen Bilal, dans une interview publiée hier par le quotidien portugais Publico. "Entre deux pays amis qui entretiennent des rapports de paix absolue, on ne peut pas placer une force d'interposition. Ce serait un acte hostile envers la Syrie", a-t-il estimé, notant qu'il "n'y a pas de familles syriennes qui n'aient pas de parents libanais et vice versa". La Syrie a menacé mercredi de fermer ses frontières avec le Liban si la Finul y prenait position. Le président syrien Bachar al-Assad s'était déjà prononcé contre le déploiement d'une force internationale à la frontière libano-syrienne, réclamé par Israël, qu'il considère comme un acte "hostile" à l'égard de son pays. Le ministre syrien a par ailleurs affirmé que son pays allait "récupérer le Golan par la voie pacifique ou la résistance". "L'option stratégique de la Syrie est la paix", a-t-il indiqué en souhaitant que les négociations avec Israël soient "réactivées". Cependant, a-t-il ajouté, "la paix avec l'occupation du Golan, cela n'arrivera jamais. Ce n'est pas la paix, c'est la capitulation". "Le dernier acte d'agression" d'Israël contre le Liban "a non seulement attristé et porté préjudice aux Arabes, mais il a porté atteinte à la sécurité future d'Israël", a par ailleurs estimé Bilal.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com