Tabarka Latinos Festival : Feeling, es-tu là?





Des «Shakira» qui se recherchent sur les rythmes de deux groupes très ordinaires, tel est le bilan de la 2ème soirée de Tabarka Latinos Festival. Une soirée signée «Salsa Melao» et «Santiago». Ceux qui sont venus pour danser ne se sont pas trompés d'adresse. Cette deuxième soirée de Tabarka Latinos Festival a été un vrai gala dansant surtout pour ces jeunes danseurs qui sont venus spécialement de la capitale pour exhiber leur talent, animer la Basilique et observer de près le groupe du danseur professionnel Sébastien Massaro. N’empêche que quelques jeunes ont adhéré aussi à cette fête choisissant de libérer leurs corps et de se laisser aller sur les rythmes des deux groupes. La prestation de Sébastien et Stephane Massaro et l’une des deux danseuses a enflammé la Basilique. Il faut dire que le public attendait avec impatience ce groupe qui maîtrise à merveille plusieurs danses latinos. «Il faut attendre la fin du premier concert pour voir les danseurs. Ils sont magnifiques, je n’ai jamais vu des danseurs pareils qu’à la TV», a expliqué un spectateur à son ami qui s’apprêtait à sortir. Mais en attendant les frères Massaro, les «Salsa Melao» ont présenté un groupe fade qui manque d’épices et de parfums cubains. Les «Salsa Melao» n’ont pas su raconter Cuba avec leur musique. L’âme cubaine a été absente dans leur spectacle. Le feeling a été le maillon faible de cette formation musicale qui en tentant de faire des arrangements pour des standards a tout gâché. Le résultat: des chansons sans âme qui ne sont ni cubaines ni françaises. Les «Salsa Maleo» ont été moins qu’ordinaires surtout avec cette chanteuse qui bouge difficilement sur la scène. Pour le public malheureusement, c’était une occasion à ne pas rater pour adhérer à la culture du «bouger, bouger». * Talents chorégraphiques Et voilà, l’heure du show des Massaro qui sonne. Bienvenue à l’école de danse des Massaro «Ce soir, on va vous faire une démonstration de la Lambada», a noté le chorégraphe. Sur le dernier tube de la ravisante star Shakira, l’un des frères Massaro accompagné d’une danseuse se sont éclatés reprenant quelques mouvements et cette façon de bouger dont seule Shakira connaît son secret. La danseuse s’est efforcée de s’identifier à la vraie Shakira. Du côté du public, c’était presque la même image mais au pluriel. Toutes les nanas n’ont pas raté l’aubaine pour démontrer leurs talents chorégraphiques. Sur les gradins de la Basilique, il y aurait des Shakira de toutes les couleurs... Des illusions perdues pour ces «mecs» et ces «nanas» qui rêvent de Shakira, chacun à sa façon. Suite à cette parenthèse dansante, le public a été invité à un deuxième voyage avec le groupe Santiago, un quintette composé d’un accordéoniste, d’un pianiste, d’un contrebassiste et deux percussionnistes choristes. Le public qui a bien dansé avec les frères Massaro, durant presque une quinzaine de minutes était prêt pour poursuivre sur la lancée de la prestation des Massaro qui n’a fait qu’allumer le public, l’exciter et les Santiago ont profité de ce facteur pour réussir une prestation aussi ordinaire que celle du «Salsa Maleo». Venu avec une seule idée en tête, celle de danser, le public s’est laissé entraîner par ces rythmes. Ceux qui sont venus pour découvrir des groupes et écouter en live la musique latine n’ont pas trouvé leur compte. Pour les organisateurs qui cherchent à rythmer les nuits des visiteurs de Tabarka, la soirée a tenu toutes ses promesses surtout avec le public danseur. Pour le public averti qui connaît déjà la musique latine, la soirée a été en dessous des attentes. Même avec la présence de ces «Shakira» ! Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com