Banques Quand les crédits à l’investissement volent la vedette aux crédits à la consommation





La croissance du taux d’endettement des particuliers auprès des banques a incité la Banque Centrale de Tunisie (BCT) à prendre la décision de se focaliser, durant la prochaine étape, sur le financement de l’économie nationale, en particulier, en privilégiant l’investissement au détriment des crédits à la consommation. Tunis-Le Quotidien L’encours des crédits servis par le système financier à l’économie tel que recensé par la centrale des risques, relevant de la BCT, et par le fichier des crédits aux particuliers s’est élevé à plus de 24,2 milliards de dinars au terme de l’année 2005 en progression de 5,6% par rapport à une année auparavant. L’endettement global des particuliers auprès des banques tunisiennes a totalisé au terme de l’année 2005: 4493 millions de dinars contre 3605 millions de dinars en 2004, soit une progression de 888 millions de dinars à 24,6% Les nouveaux crédits octroyés ont servi principalement à financer l’acquisition de logements neufs et l’aménagement ou l’extension d’anciens logements. Leur encours s’est élevé à 2569 millions de dinars en 2005 contre 2265 millions de dinars en progression de 13,4%. * Endettement Pour les autres crédits qui ont servi notamment à couvrir les dépenses courantes, l’acquisition de matériaux de construction, d’équipements ménagers et de véhicules, ils sont passés de 1340 millions de dinars en 2004 à 1924 millions de dinars en 2005, enregistrant ainsi un accroissement de 43,6%. L’évolution remarquable de ces crédits à la consommation reflète à cet effet un taux d’endettement des ménages assez élevé et qui peut avoir les conséquences relativement négatives sur la croissance de l’économie nationale au moment où celle-ci a besoin d’un effort d’investissement beaucoup plus développé pour renforcer sa compétitivité dans un environnement international de plus en plus hostile. C’est d'ailleurs pour cette raison que la Banque Centrale a appelé les banques tunisiennes, depuis quelque temps, à faire des limites aux crédits à la consommation. Cette décision vise à réserver de plus en plus de financements au profit de l’effort d’investissement, qu’il soit public ou privé. En 2005, l’encours des crédits à court terme a enregistré un accroissement de 2,1% à 10,9% milliards de dinars, contre 3,1% en 2004. Cette évolution s’explique, selon les analystes de la BCT, par le ralentissement du rythme de progression de l’encours des crédits de gestion dispensés aux secteurs de l’agriculture et pêche (1,9% contre 6,1%) et de l’industrie (4,5% contre 7,2%). En revanche, l’encours des crédits d’exploitation accordés au secteur des services a continué à baisser. L’encours des crédits à moyen et long termes a enregistré, quant à lui, une légère accélération résultant du renforcement du rythme de progression de l’encours des crédits d’investissement servis au secteur des services qui a gagné 1,8%. Durant les prochaines années, les banques tunisiennes sont appelées à soutenir davantage le développement de l’investissement dans les différents secteurs d’activité, et à favoriser, en particulier, la création d’entreprises. Selon le programme annoncé par le Président de la République pour le prochain quinquennat, l’économie nationale devrait enregistrer la création de pas moins de 70 mille nouvelles entreprises et ce, d’ici à l’horizon 2009. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com