Chirac met en garde contre une reprise de la guerre au Liban et exhorte l’Iran





Le président français Jacques Chirac a lancé une mise en garde hier contre les risques d'une reprise de la guerre au Liban et a exhorté l'Iran à faire les "gestes nécessaires" sur le nucléaire. Le Quotidien-Agences Chirac a appelé à une intensification des efforts diplomatiques au Moyen-Orient, en estimant que l'absence d'un règlement politique global risquait d'entraîner une "reprise des hostilités" au Liban. Il a de nouveau appelé Israël à lever son blocus du Liban, qui "empêche de progresser dans la voie de la normalisation", et a prôné la tenue d'une conférence internationale consacrée à l'aide au Liban. Au Liban, "l'alternative est soit la reprise des hostilités, qui creuserait un infranchissable fossé entre deux peuples voisins, soit l'option politique d'un règlement global et durable", a déclaré Chirac devant les ambassadeurs de France réunis à Paris pour leur conférence annuelle. La résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'Onu, qui a mis fin le 14 août à un mois de combats, "trace un processus qui doit conduire au désarmement des milices et au règlement des questions frontalières, y compris celle des fermes de Chebaa", situées aux confins du Liban, de la Syrie et d'Israël et source de contentieux entre les trois pays, a-t-il souligné. Il a aussi estimé que la Syrie, qui soutient le Hezbollah, devait "sortir de sa logique d'enfermement". * L'Iran Le président français a d'autre part "exhorté" l'Iran à "faire les gestes nécessaires pour créer les conditions de la confiance" alors que le Conseil de sécurité de l'Onu a donné jusqu'au 31 août à Téhéran pour stopper l'enrichissement d'uranium. "L'Iran ne trouvera pas la sécurité dans le développement de programmes clandestins, mais bien dans sa pleine insertion au sein de la communauté internationale", a déclaré Chirac. L'Iran doit "dissiper les appréhensions" et "travailler à la stabilité régionale, comme il convient à un grand pays responsable", a-t-il dit. "Il y a toujours place pour le dialogue".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com