Hammam-Chott Un grave incendie ravage des dizaines d’hectares





•La piste criminelle privilégiée Des dizaines d’hectares détruits, des animaux pris de panique et fuyant la zone, des habitants qui ont déserté leurs maisons, des sapeurs-pompiers épuisés et bon nombre d’entre eux blessés, d’énormes moyens mobilisés (des camions-citernes et des Canadairs), des unités de l’armée appelées en renfort... Les résidents de la localité de Hammam-Chott, Boukornine et de Borj-Cédria ont vécu dans la nuit de lundi à mardi un véritable cauchemar en raison d’un grave incendie qui a frappé la région. Tunis - Le Quotidien La localité de Hammam-Chott (Banlieue-Sud de Tunis) s’est rendue célèbre dans le monde entier) suite à l’agression barbare perpétrée par l’aviation militaire israélienne à l’encontre du siège de l’Organisation de libération de la Palestine, et ce, dans les années quatre-vingt du siècle dernier. Cette localité puise aussi sa notoriété du fait quelle ait accueillie le leader historique le martyr Yasser Arafat. Et si par cette époque de la révolution elle a payé le prix de sa loyauté, Hammam-Chott a été encore une fois secouée par un nouveau drame. Le feu a frappé fort en effet, avant-hier, c’est le lundi 28 août 2006. L’horloge affichait huit heures du soir. Les derniers estivants s’apprêtaient à quitter la région. Il est vrai que par cette dernière semaine d’août, la mer n’est plus calme et les tempêtes de sable rendent les baignades peu commodes. Retour au calme pour les habitants de la région qui se préparent pour la rentrée scolaire. Seul moment de répit pour les riverains est lorsque les corniches de Hammam-Lif sont envahies par les promeneurs nocturnes. Seulement, lundi dernier le feu a été au rendez-vous. Les flammes ont éclaté dans un premier temps dans les arbres de pins qui constituent la richesse de la forêt de Borj-Cédria laquelle se prolonge jusqu’à la gare de Hammam-Chott. Un deuxième foyer a été découvert un peu plus tard. Mais cette fois-ci de l’autre côté de la localité: celle qui se trouve en bas de la montagne et à quelques encablures de Boukornine, le célèbre sommet de la banlieue Sud de la capitale. Aux alentours de vingt-une heures le feu avait déjà progressé pour se rapprocher peu à peu des quartiers résidentiels. Des dizaines de milliers d’habitants vivent ici. Les flammes étaient visibles à plusieurs kilomètres. A La Goulette, on pouvait constater d'ailleurs l'intensité du sinistre. L’intervention des sapeurs-pompiers quoique tardive a pu neutraliser un premier foyer. Mais la progression du feu était telle que dans les quatre coins de la montagne, les flammes empêchaient les soldats du feu à maîtriser l’incendie. Dans la foulée, des unités de l’armée nationale ont fait leur apparition. Les Canadairs survolaient la forêt. Des centaines d’aller et de retour entre la mer et la forêt et à chaque fois des milliers de litres d'eau sont déversés sur la forêt. En vain, puisque jusqu’à minuit rien ne laissait croire qu’on allait maîtriser ce terrible incendie. Mouvement de panique chez les animaux sauvages... Les flammes ont éveillé l’instinct des animaux sauvages. Ces derniers ont ressenti l’odeur du danger. Alors, naturellement ils ont commencé à bouger dans tous les sens donnant une idée précise sur l’ampleur du désastre. Selon un pompier, des sangliers, des lièvres et même des renards ont péri dans cet incendie. Le reste des bêtes, pris de panique, n’ont pas hésité à envahir les quartiers voisins. Encore de l’indifférence... Le jour s’est levé. Nous sommes le mardi 29 août et pourtant le feu est toujours là... Les pompiers et les unités de l’armée font ce qu’ils peuvent pour venir à bout de l’incendie. Justement quelles en sont les causes? L'enquête est toujours en cours pour déterminer les causes exactes de cet incendie. En attendant, les rumeurs vont bon train et chacun y va de sa version des faits. Mais la plus crédible des hypothèses demeure celle avancée par les sapeurs-pompiers eux-mêmes à savoir, un feu allumé par des randonneurs voire même des ivrognes qui a rapidement atteint la forêt. Les pertes sont estimées à des dizaines d’hectares... Habib MISSAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com