Littérature : «Rien à ajouter», de Mohamed Hédi Jaziri





Ce qui est proclamé dans le titre ne demande qu'à être contredit. Je n'ai rien à ajouter, cela veut dire au fait que je veux parler, que même si je n'ai rien à dire, je veux quand même le dire et que si je n'ai que le droit de me taire, je vais prendre le risque de m'exprimer avec pour seul arme le rire d'une femme qui joue avec ma chemise dans son patio et qui l'accroche comme seul emblème d'amour sur la corde tendue d'une étoile à l'autre, sur laquelle le poète, ce funambule, danse avant de chuter. Toujours romantique, Jaziri, même quand il n'a rien à dire. Ou, surtout, quand il n'a rien è proclamer. Lisez-le, il pourrait vous faire pleurer ou du moins vous rappeler votre première leçon de longs et solitaires sanglots.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com