Tabarka Raï Festival : Hommage tout en musique à Cheïkha Rémiti





Même après son départ, Cheïkha Rémiti reste cette lumière qui guide la nouvelle génération des chanteurs du Raï. A ce symbole de la musique algérienne, Tabarka Raï Festival a dédié sa soirée de clôture. Les férus du Raï, cette musique qui émerge du cœur de l’Algérie et qui a réussi à devenir un langage universel, connaissent par cœur toutes les mutations qui ont touché cette musique. Tabarka Raï Festival est une manifestation haute en couleur qui a pu devenir un trait d’union entre les Tunisiens et les Algériens... Quatre ans déjà, ce festival a réussi à être un rendez-vous annuel pour tous les passionnés de cette musique. Cette année, les organisateurs ont proposé aux amoureux de Tabarka et du Raï une gamme de chanteurs bien rodés sur les scènes algériennes. Le coup d’envoi de cette nouvelle édition a été donné, hier soir, à la basilique de Tabarka par l’Oranaise Chebba Kheira et l’enfant de Tlemcen, Cheb Abdou. Le comité d’organisation a tenté de répondre au goût et aux attentes d’un public cosmopolite composé essentiellement par des vacanciers algériens. Pour ce soir, le public de Tabarka est invité à une soirée animée par la formation Casta Cali qui présente un Raï croisé au Flamenco, «un mariage arabo-gitan». Les Casta Cali ne seront pas seuls sur la scène de la basilique, car une autre voix du Raï, Houari Benchennet sera au rendez-vous. Avec plus d’une vingtaine d’années de carrière, Benchennet s’est plongé dans la pure tradition de la musique du Raï, remontant aux sources de cette musique. La cerise sur le gâteau sera trois voix de l’Algérie qui ont choisi de rendre hommage à feu Cheïkha Rémiti, une voix qui a marqué toutes les générations des chanteurs Raï. Le public tunisien connaît bien cette chanteuse qui a lutté pour rendre à cette musique ses lettres de noblesse et pour la promouvoir en France. Véritable légende du Raï Cheïkha Rémiti est considérée comme une lumière qui a guidé les voix féminines dans ce genre musical. Cheïkha Remiti s’est produite, il y a deux ans, à Tabarka dans le cadre du Festival du Raï, lors d’une soirée mémorable. Elle a chanté avec l’enthousiasme d’un jeune voix qui fait ses débuts. Vêtue d’une belle «gandoura» algérienne, les mains teintées de Henné et une voix qui n’a pas pris une seule ride, Cheïkha Remiti a chanté, enchanté et dansé à l’ouverture de l’édition de Tabarka Raï Festival en 2004. Ceux qui ont pris part à cette soirée se souviennent certainement de la bonne prestation de cette artiste, bien relayée par le célèbre orchestre national de Barbès. A cette grande dame de la musique du Raï qui a quitté notre monde en mai dernier le comité d’organisation a décidé de dédier la soirée de clôture de Tabarka Raï Festival. Devoir de mémoire, reconnaissance et sincérité sont les mots clefs de la soirée de ce samedi qui verra les prestations de Cheb Oujdi, Redouane et Cheb Aziz, trois voix qui représentent la nouvelle génération des chanteurs du Raï. Les passionnés du Raï auront de quoi se réchauffer le cœur et le corps. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com