Mehdi Jebali (nouvelle recrue de l’A.S.M.) : «Mon unique ambition pour l’heure est de jouer»





Le mercato estival, assez soporifique du côté du Zéphyr, s’est abrégé de façon bien retentissante, à la lumière de l’enrôlement du jeune Mehdi Jebali, ex-sociétaire d’une kyrielle de clubs français. Interview. Faisons, avant tout, plus ample connaissance avec vous ? Je suis natif de 1986. J’ai débuté à l’âge de 9 ans avec les écoles de l’EST. Ce passage n’a duré qu’une année à l'issue de laquelle j’ai débarqué au Parc A. Et entre 1996 et 2001, j’ai opéré dans les rangs du CA. A l’âge de 15 ans, j’ai eu l’opportunité d’émigrer en France. Je me suis présenté à l’AS Cannes où j’ai subi un test concluant. J’y suis resté deux ans, mais déménagement de ma famille oblige, j’ai rallié Grenoble où j’ai joué pendant un an et demi. Après quoi, j’ai vécu deux nouvelles expériences, l’une avec Créteil, l’autre avec Tours, qui a accédé en Ligue 2. D’habitude, un joueur ambitionne de poursuivre une carrière à l’étranger. Comptez-vous suivre un itinéraire antinomique ? Les raisons qui m’ont poussé à venir en Tunisie sont, à vrai dire, un peu particulières. Vu que je n’obtiendrai la nationalité française que dans quatre mois et que plusieurs joueurs faisant partie de la Communauté européenne ont atterri au club, je risque de passer une année sabbatique. J’ai donc jugé opportun de rentrer au bercail et de rallier un club au sein duquel je peux jouer régulièrement. Votre venue a sûrement été facilitée par une intercession quelconque... En effet, étant membre de l’EN olympique tunisienne, avec laquelle j’ai joué deux matches amicaux (CA et Malte), j’ai été inspiré, en fait, par une suggestion du D.T.N. L’ASM, constitue-t-il le profil idoine ? Je suis tenté de répondre par l’affirmation. J’ai eu un bref passage au CA, mais je me suis vite ravisé. Ceci dit, il n’est pas acquis que la certitude de jouer régulièrement me soit offerte sur un plateau. Le poste de régisseur à l’ASM est bien pourvu. Et je dois batailler ferme pour gagner la confiance de mon entraîneur. En tout cas, l’émulation m’émoustille au plus haut point. Comment se fait votre intégration ? A merveille. Aussi bien les dirigeants que le staff technique, que les joueurs, tous n’ont vite adopté. J’ai même de bons copains, tels que Mouihbi, mon co-équipier en EN, Ghazouani... Concernant le contrat, j’ai signé pour trois ans. Mais le côté matériel ne n’intéresse nullement. J’aurais pu rester à Tours et percevoir, au bas mot 6000 euros, mensuellement. Mais je n’ai qu’une ambition, qu’une obsession, jouer. Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com